Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

17 avril 2006 1 17 /04 /avril /2006 14:51
 
Elle a continué
 
Refrain                                  
 
Une colombe est passée dans le ciel
Chercher un havre de repos
Parcourant le monde à grands coups d’ailes
Cette planète de terre et d’eau
Elle s’est élancée telle une étoile
Glissant fièrement jusqu’à l’horizon
Comme un peintre achevant sa toile
Elle flottait dans le vent, les nuages
Se chauffait aux rayons du soleil
Elle voyait de beaux paysages
Sa vie lui semblait une merveille
Alors elle a continué...+ Refrain
Elle a survolé des pays
Où les uns errent sur des trottoirs
Mendient pour deux ou trois roupies
Et finissent dans les mouroirs
Où les autres font leurs palais
Un conte des mille et une nuits
Un repaire de princes gras et laids
Une banque de luxe et de nantis
Alors elle a continué...+ Refrain
Elle a survolé des déserts
Où rien ne pousse, rien ne vit
Peut-être y a t- il eu naguère
Autre chose que le sable et l’ennui
Elle a juste pu remarquer
De drôles de chevaux à deux bosses
Qui fuyaient cette immensité
N’ayant plus que la peau sur les os
Alors elle a continué...+ Refrain
Elle a survolé des rivières
Où l’eau a un goût de strychnine
Où les poissons sont à l’envers
D’avoir nagé trop près de l’usine
Même les bateaux en papier
Ne s’aventurent pas sur leurs cours
Ils feraient un unique aller
Sans aucun espoir de retour , alors elle a continué...
 
Refrain
 
Mais elle a tout revu dans sa tête :
Les bombes, les morts, les déserts
Les taudis, les palais, les roquettes
Les riches, les pauvres, la misère
Lasse de fatigue, de désespoir
Comme un avion sans pilote
Elle a piqué tout droit un soir
Et joué sa dernière note
Une colombe est passée dans le ciel
Chercher un havre de repos
Elle l’a trouvé, elle est si belle
Dans son paradis des oiseaux.
 
Apartheid
 
C’est l’histoire d’un brave garçon
En Afrique, Ted, de son prénom
Qui a bien cru par un beau jour
Rencontré le très grand amour
Il aurait aimé lui parler
Et qui sait même l’épouser
Mais il avait un gros problème
Il ne pourrait lui dire « Je t’aime »
Elle avait la peau si claire
Trop claire pour lui et ses frères
D’ailleurs personne n’est assez fou
Pour oser lui faire les yeux doux
 
Personne, à part Ted, apartheid.
 
Il aurait aimé la croiser
Et avec elle se promener
Il lui aurait peut-être dit
Que les mots croisés vivent leurs vies
Cases noires et blanches mélangées
C’est ce qu’il aurait raconté
Que les pianos depuis longtemps
Entre le noir, et puis le blanc
Ont trouvé une belle harmonie
Pour jouer de nouvelles mélodies
Mais personne ne s’en rappelle
Dans ce monde fourbe et cruel
 
Personne, à part Ted, apartheid.
 
Et s’ils avaient de beaux enfants
Seraient-ils noirs, seraient t-ils blancs
Le hasard devra décider
S’ils seront rois ou bien sujets
S’ils devront sans crainte des regards
Aborder hommes blancs ou noirs
Ou devront-ils se contenter
Comme leur père Ted de rêver
 Que demain à l’unisson
Les deux couleurs s’épouseront
Mais personne ne l’envisage
Dans ce monde venu d’un autre âge
 
Personne, à part Ted, apartheid.
 
Comme ceux de Berlin
  
Quand tu vois tes idées étouffées
Tes opinions bafouées
Les gens sortir de ton aura
Parce que tu ne suis pas leur voie
Quand tu vois que les dialogues
Finissent en deux monologues
Que tu ne peux t’écarter
Du chemin de tes aînés
Quand tu peux pas dire c’que tu penses
Sans qu’on prenne ça pour une offense
 
Refrain                                      
Alors fais comme ceux de Berlin
Et casse ce mur
Panse tes blessures
Laisse-le se lézarder
Laisse-le vite s’écrouler
Pour que passe le courant
Des idées entre les gens
Fais comme ceux de Berlin
Et casse ce mur
Eloigne la torture
Avant que tu te casses
Effaces toutes les traces
Evite les obstacles
Qui te mènent à la débâcle
Fais comme ceux de Berlin
 
 
Quand on te prend pour un enfant
Un esclave, un inconscient
Et que tu as passé l’âge
D’être un oiseau dans sa cage
Quand tu veux faire une famille
Plutôt que d’aller jouer aux billes
Et que tu te sens d’assumer
La vie et ses difficultés
Quand tu veux envoyer promener
La norme, la société
 
Refrain
 
 C’est trop loin
 
Chaque fois que je parlais des guerres
Des bombes au Moyen-Orient
Où les hommes pour un bout de terre
Tuent les femmes et même les enfants
Chaque fois que je parlais des baleines
Des phoques qu’on va massacrer
Là où s’imposent la haine
Au mépris d’espèces menacées
 
A chaque fois on me disait
C’est trop loin
C’est trop loin
 
Chaque fois que j’parlais des gamins
Exploités et martyrisés
Souffrant de manque d’amour ou de pain
Et prenant les mauvais sentiers
Chaque fois que j’parlais d’pollution
De tremblement d’terre, de marées noires
Ou de volcans en éruption
Qui laissent des ruines sur le hasard
 
 
A chaque fois on me disait
C’est trop loin
C’est trop loin
  
A ces êtres gonflés d’égoïsme
Ignorant jusqu’à leurs voisins
Si un jour tous les cataclysmes
S’abattaient dans leurs beaux jardins
Envoyant un message au monde
J’aimerais bien qu’on leur réponde
C’est trop loin
Oui, bien trop loin.
  
2 p’tites tours et puis s’en vont
 
A force de laisser
Naviguer des idées
Tranchantes comme un poignard
Et menant au désespoir
A force de voir le monde
Qui souffre et puis qui gronde
Où des êtres sans repère
Veulent fuir leurs déserts
 
Refrain                                             
On fait les mauvais choix
Sans issue, on trouve sa voie
On finit par envoyer
Au loin ses pensées
Se scracher dans les airs
Sur des World Trade Center
Se scracher avec les avions
Deux p’tites tours et puis s’en vont
 
A force de ne plus rien croire
On reste devant des miroirs
Qui vous renvoient des doctrines
Qui guérissent mieux qu’la médecine
A force d’être seul , mal entouré
On bascule de l’autre côté
On suit des nuisibles insectes
On mélange religion et sectes
 
Refrain                                             
 
On fait les mauvais choix
Sans issue, on trouve sa voie
On finit par envoyer
Au loin ses pensées
Se scracher dans les airs
Sur des World Trade Center
Se scracher avec les avions
Deux p’tites tours et puis s’en vont
 
 

 

Partager cet article
Repost0
17 avril 2006 1 17 /04 /avril /2006 08:21
Y a pas d’mal à s’faire du mal

 

Couplet 1

Dans le miroir de la salle de bain

Y a plus rien

Plus d’visage tracé dans la buée

Deviné

Même pas écrit comme dans un film noir

Au revoir

Que vont dev’nir Dior et Givenchy

Moi aussi

J’ai beau faire tout c’que j’aime, tout c’qui m’plaît

C’est la plaie

Sans toi déconfiture, j’suis kedal

Et j’m’étale

Je ressens et vis comme une présence

Ton absence

Dans mon cœur t’as laissé tout plein d’vide

C’est le bide

 
Refrain

Y a pas d’mal à s’faire du mal

Je sasse et ressasse

Mes hélas

Le jour où t’as fais la malle

Et si mal, si mal

(Trop tard

T’as changé trottoir)

Y a pas d’mal à s’faire du mal

En boucle nos délires

Sans prév’nir

Comme un lapin tu détales

Loin de mes dédales

(Trop tard

T’as changé trottoir)

 

Couplet 2

Pas d’nouveau et pas d’ex…plications

C’est trop con

Alors je fais mon mea culpa

J’y coupe pas

Mais qu’est-ce que j’ai dit, qu’est-ce que j’ai fait

Ou pas fait

Je tourne et retourne dans la maison

Pas très rond

J’croyais être tout beau et tout nickel

Miel et sel

Mais si t’as pris la tangeante, des ailes

Fais la belle

C’est p’t-être que t’as trouvé mieux ailleurs

Le bonheur

Dans le lit immense, plus de bataille

Et j’me caille

Refrain
 
Couplet 3

Ton départ, j’l’avais pas senti v’nir

Triste av’nir

J’reste avec mes interrogations

Mes questions

 

Refrain

 

 

Réchauffement climatique

Couplet 1
Mes idées
sombres comme mes routes à traverser
sombrent et fondent comme neige au soleil
se détachent de moi, de mon ciel
Elles sont entraînées vers le large
me laissant des eaux calmes et sages
Elles vont mourir vers l'horizon
Pour que ma vie change de saison
mes heures tristes comme la banquise
ont fondu avant que j' m'enlise

Refrain possible
Entre nous
le temps a changé
Entre nous
quelque chose de magique
Je ressens les effets
Les effets...du réchauff'ment
...du réchauff'ment climatique

Couplet 2
Submergées
Mes galères qui se sont échouées
tous les écueils qui m'ont touché
ces îles malsaines où j'accostais
ces bouts de terre où j'm'accrochais
Ton océan qui m'envahit
qui monte chaque jour, chaque nuit
emporte bien loin de la surface
tous ces débris qui me tracassent

Refrain

Couplet 3
Envolés
les chemins qu'hier je prenais
là-haut vers d'autres galaxies
mes errances, à mourir d'ennui
un vent chaud et fort a soufflé
pour me pousser vers tes sentiers
Il a provoqué des dégâts
près d'chez moi, mais c'est mieux comme ça
a déclenché un tsunami
une bombe en plein coeur de ma vie
Refrain

 

 

 

Commission rogatoire

 

Couplet 1

J’ai mené ma petite enquête

Parce que de toi, j’étais en quête

Et je t’ai prise en filature

Après tant de mois de torture

T’as pas voulu d’mes caramels

J’ai décidé de faire appel

J’pensais pouvoir saisir ma chance

Mais tu refuses toutes mes avances

Tu refuses toutes mes marche-arrières

Pourquoi t’as tout foutu en l’air ?

Je vais faire une perquisition

Dans tes vallées et tes lagons

 

Refrain

En avant pour l’interrogatoire

Avec mes mots, avec mes mains

Tu peux pas dire non

J’ai une commission

Une commission rogatoire

Pour toi, aucun échappatoire

Je te veux à moi corps et biens

Tu peux pas dire non

J’ai une commission

Une commission rogatoire

 

Couplet 2

C’est dur que tu penses au passé

Sans aucune autre forme de procès

Et moi sur cette route en lacets

Je ne voulais que t’enlacer

Pas t’ mettre les menottes aux poignets

J’ai d’autres châteaux à fouetter

C’est vrai que je suis seul coupable

Je deviens danger périssable

Je veux tout connaître de toi

Alors je vais te lire tes droits

Je te maintiens en garde à vue

Dans mon p’tit cœur et dans ma rue.

 

Refrain

 

 

C’est comme

 

Couplet 1

C’est comme

Si le temps s’arrêtait

Si je m’étais déconnecté

Loin de ce monde qui m’assaille

Loin de ces trains qui déraillent

 

C’est comme

Si plus rien ne comptait

Si plus rien n’existait

A part ces liens que l’on tisse

Vers ce bonheur où l’on glisse

 

Refrain

C’est comme ça

C’est comme ça

On n’y peut rien

C’est notre destin

C’est comme ça

C’est comme ça

C’est toi ou rien

Et rien que toi

 

Couplet 2

C’est comme

Si tout recommençait

Si depuis toi j’étais né

Effacé le noir de ma vie

Colorié en bleu toutes mes nuits

 

C’est comme

Une force douce et terrible

Inéluctable et invisible

Qui m’a poussé vers tes bras

Vers tes yeux etcetera

 

Refrain

 

Coma idyllique

 

Couplet 1

Ennivré par tes parfums

Emprisonnant mes matins

Je bois toutes tes paroles

Comme un verre de Pommerol

Avec toi j’ dépasse la dose

Et je suis en overdose

Pour ta voix ou pour tes gestes

J’explose tous les alcootests

Je suis en état second

Tu bouscules mes horizons

 

Refrain

Avec toi je suis tombé

Dans le coma idyllique

Tu es mon eau de vie

Ma route vers le paradis

Avec toi je suis tombé

Dans le coma idyllique

Comme des vapeurs d’alcool

Avec toi je m’envole

 

Couplet2

Avec toi je m’envole

Notre amour est bon millésime

Est-ce un drame ou est-ce un crime,

Notre amour est un bon cru

Qui l’eut cru ? Oui, qui l’eut cru

Il sera comme le bon vin

Bonifié  avec le temps

Je goûte à tous tes cocktails

Fruités ou bien envoûtants

De toi, j’ai une addiction

Et j’en perds toute ma diction

 

Refrain

 

 

 

Dis-moi

 

Couplet 1                                                     

 

Dis-moi

Qu’un jour, on partira

Qu’on laissera tout tomber

Tous les deux, toi et moi

Loin de la société

 

Dis-moi

Qu’un jour, on plaquera

Les journaux, la télé

Les amis ici –bas

Et les notes à payer

 

Refrain                                                             

 

Baby

A ton corps je me lis

Jolis et doux délits

Dans le creux de ton lit

Baby

A nos rêves en folie

A tes bras je m’allie

Comme un livre je te lis

 

Couplet 2                                                     

 

Dis-moi

Qu’un jour, on avancera

Sans entrave et sans guide

Que jamais l’on aura

Nos deux regards livides

 

Dis-moi

Qu’un jour, on s’en ira

Fuir la haine des gens

Jaloux, quand ils nous voient

De nos tendres moments + Refrain

 

Couplet 3                                                     

 

Dis-moi

Qu’un jour prochain viendra

Je l’attends plus que tout

Où l’on estompera

Le monde autour de nous

 

Dis-moi

Qu’un jour, on naviguera

Sur un vaste océan

Où personne n’osera

Aborder nos tourments + Refrain

 

Laisse

 

Plus belle encore

Que le soleil se couchant sur la mer

Longs cheveux d’or

Flottant au vent d’été, au vent d’hiver

Plus femme encore

Que plus d’mille et une Vénus réunies

Je perds le Nord

Dans tes yeux au parfum de paradis

 

Refrain                                  

 

Laisse le ciel sur nos têtes tomber

Laisse les océans se déchaîner

Laisse l’univers et la terre trembler

Laisse le feu soudain tout dévaster

Pourvu que notre amour

Doux comme du velours

Subsiste au fil des jours

Sans faille et sans détour

Laisse, laisse, laisse...

 

 

Plus magique encore

Qu’Aladin et sa lampe magnifique

Tu changes le sort

D’une vie de malheur en idyllique

Plus forte encore

Qu’Hercule avec tous ses travaux minables

T’as pas eu tort

De mettre un billet doux dans mon cartable

 

 

Refrain                                  

 

Laisse le ciel sur nos têtes tomber

Laisse les océans se déchaîner

Laisse l’univers et la terre trembler

Laisse le feu soudain tout dévaster

Pourvu que notre amour

Doux comme du velours

Subsiste au fil des jours

Sans faille et sans détour

Laisse, laisse, laisse...

 

Un bout de moi

 

C’est comme si, soudain, d’un seul coup

Les gens n’étaient que des voyous

Le temps, des nuages sombres et noirs

L’espace, laissé comme un vieux square

 

Je vis au ralenti

Sauvage comme le grizzli

Qui en hibernation

Attend la belle saison

Un seul être vous manque

On l’a dit bien avant

Mais c’est la vérité

Tout est si dépeuplé

 

En voyant s’éloigner tes bras

A ne plus entendre ta voix

J’ai laissé un bout de moi

Un bout de mon coeur en émoi (ou avec toi)

 

C’est comme si, soudain, d’un seul coup

Les gens n’étaient plus que des loups

Le temps, comme le tic-tac d’une montre

L’espace, voie sans issue dans c’monde

 

Je remets à demain

Mes projets, mon destin

Jusqu’à ce si beau jour

Où r’viendra mon amour

Celle qui me faisait vivre

Qui me calme ou m’enivre

Et qui va m’emmener

Jusqu’à l’éternité

 

En voyant s’éloigner tes bras

A ne plus entendre ta voix

J’ai laissé un bout de moi

Un bout de mon coeur en émoi (ou avec toi)

 

Comme personne
 
Couplet 1                                     
 
Nos regards se sont croisés
Et nos idées entremêlées
Je ferais bien machine arrière
Quand je pense aux instants d’hier
L’avenir s’est assombri
Quand soudain tu es parti
Il nous aurait fallu du temps
Pour prolonger tous ces moments
Pas de récifs pour s’accrocher
Dans cette mer plus qu’à se noyer
 
Refrain                                              
 
Mais si tu m’abandonnes
Ce serait l’automne (ma vie ne serait qu’un long automne)
C’est toi qui chassera mes ennuis
(C’est toi) qui comblera ma vie
Comme personne
 
Couplet 2                                       
 
Mes jours sont interminables
Et mes nuits toujours minables
Entraînée dans un tourbillon
Je touche le froid et le fond
Toutes mes rues sont désertes
J’enfonce les portes ouvertes
Comment sortir du labyrinthe
Toutes lueurs éteintes
Je traverse un grand cimetière
Un peu comme de longs mois d’hiver
 

Refrain

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
16 avril 2006 7 16 /04 /avril /2006 15:30
Tout feu, tout femme
 
Elle met un moteur dans ma vie
Qui tourne sans arrêt dans ma tête
Vers un doux rêve qui me poursuit
Et pour qu’enfin le temps s’arrête
Elle m’aide à démêler le fil
De mes idées qui s’entrechoquent
Pour vivre un bonheur tout tranquille
Loin des faux amis, loin du toc
 
Refrain        1                                              
 
Grâce à elle,
Je vis tout feu tout femme
Depuis c’jour où elle a entendu
Ma détresse et mon signal de larmes
Dans mon coeur où toujours il a plu.
Grâce à elle,
Je vis tout feu tout femme
Il ne pouvait en être autrement
Car c’était pour le bien de mon âme
Qu’elle a pu calmer tous mes torrents
 
Refrain 2                               
 
Grâce à elle, je vis tout feu tout femme
Elle a stoppé mon signal de larmes
Grâce à elle, je vis tout feu tout femme
Tout ça pour le bien de mon âme
Oui, je vis...tout feu tout femme
 
Elle a fait de mon existence
Un tremplin vers un avenir
Où j’ai tiré la carte « chance »
Entre tes bras et tes sourires
Elle est mon seul chaînon manquant
Ce petit grain de sable, de folie
Qui a transformé mes instants
En feu d’artifice, en magie
 
Refrain
 
Elle soufflera sur tous mes soirs
Comme l’alizé sur l’ équateur
Pour me perdre dans ses regards
Dans ses océans de douceur
Elle écrira les plus belles pages
Du roman que j’ai commencé
Il parle d’amour comme une image
Sage que l’on aime à colorier
 
Refrain
  
Dans les bras de ma fée
 
D’un coup de baguette magique
Mes sentiers noirs et maléfiques
Se sont soudain changé au bleu
En transformant ma vie en jeu
Et « Avec mes bras dans tes bras »
Un peu comme « Abracadabra »
Cette nouvelle formul’ va m’emm’ner
Dans tes parfums pour m’enivrer.
 
Refrain                                               
 
Alors, l’esprit rassuré
Je me suis endormi
Dans les bras de ma fée
Je ne veux plus bouger
Je me suis endormi
Dans les bras de ma fée
 
On pass’ra tous les horizons
On ira voir tous les lagons
Leur sable si blanc et si fin
Sera poudr’ de « perlin pimpim »
Avec une goutte de ce flacon
Potion d’amour et d’évasion
Que l’on transporte au bout des nuits
Au- delà des temps infinis.
 
Refrain
 
Il me fallait une magicienne
Pour que le bonheur me revienne
En faisant comme ça (ou soudain) ressortir
Entre ses mains de longs sourires
Un destin si limpide si beau
Dans le fond de son grand chapeau
Je veux être son seul spectateur
Pour applaudir avec mon cœur.
 
Refrain
 
Chaos
 
Qui donc nous a mis        K.O. ?
Nous a mis dans le        Chaos ?
Est-ce nos corps ne faisant plus          Echo ?
Ou nos coeurs ne disant plus                OK ?
 
Notre branche a fini par…casser
Et notre affaire s’est …Classée,
A force de trop …De cris,
De rêves déjà …Acquis !
A force de trop…De coups !
Tout ça ne valait pas…Un clou !
 
Qui donc nous a mis        K.O. ?
Nous a mis dans le        Chaos ?
Est-ce nos corps ne faisant plus          Echo ?
Ou nos coeurs ne disant plus                OK ?
 
A l’écart de tes …questions,
Je reste comme…Un con,
Alors je plaide…Coupable
Ai repris mon …cartable
Allez on re.….commence
Oublions nos…carences !
 
Qui donc nous a mis        K.O. ?
Nous a mis dans le        Chaos ?
Est-ce nos corps ne faisant plus          Echo ?
Ou nos coeurs ne disant plus                OK ?
 
Je me suis penché sur…Ton cas,
Sur nos heures de…Tracas,
J’ai fait mon mea…Culpa,
Banni l’eccétéra,
Viens rejoindre mon cœur…Vacant !
Il en est en……core tant !
 
Qui donc nous a mis        K.O. ?
Nous a mis dans le        Chaos ?
Est-ce nos corps ne faisant plus          Echo ?
Ou nos coeurs ne disant plus                OK ?
 
La brume
 
Eloignés les fantômes, les spectres
Tous les pics épiques qui m’assaillent
Qui me transpercent de part en part
Entourés de tant de canailles
Venant jusque sous mes fenêtres.
Effacées les rancoeurs de la vie
Traces qu’on croit indélébiles
Sentiers menant droit à l’ennui
Lugubres et froids comme l’exil.
 
Refrain                                                   
 
Tu es ma brume
Mon passé reste invisible
Je surnage dans ton écume
Plus de flèches, plus de cibles
Tu es ma brume
Celle qui a estompé
Mon univers d’infortune
Pour laisser seulement émerger
Les beaux titres sur les unes
C’est pour ça
Que tu es ma brume
 
Envolés points d’interrogation
Ma vie est devenue si belle
Pour m’emmener vers l’horizon
Ils sont devenus arc-en-ciel
Achever de broyer du noir
Chasser l’araignée du matin
Et le cafard qui vient le soir
Plus de sales bêtes sur mon destin
 
Refrain
 
La dose prescrite
 
Errer des jours, des années
A se dire qu’on finira seul
Sans chercher et sans trouver
Celle qui serait une idole…
Voir le sablier qui s’égrène
Sans tempête et sans lagon bleu
Fuir les regards qui traînent
Renoncer à tous les jeux
Mais, soudain
Je t’ai vu sur mon chemin
Et depuis, depuis….
 
Refrain
 
Il manque quelque chose
A cette histoire
A peine écrite
Besoin de dépasser
La dose prescrite
Il manque quelque chose
A tous mes gestes tous mes hits
Besoin de dépasser
La dose prescrite
 
Se complaire dans le spleen, l’ennui
Pour éviter ce qui dérange
Voir tout en noir nos envies
Aimer le démon qui nous mange
Faire de tous nos murs un abri
Un rempart pour s’isoler
Et de nos portes, un pont levis
Toujours fermé, toujours baissé
(ou »comme mes yeux, toujours baissé)
Mais, soudain
Je t’ai vu sur mon chemin
Et depuis, depuis….
 
Refrain
 
Ça me tue
 
J’irais de Bali à Corfou
Pour mélanger nos deux corps fous
Et je me mettrais à genoux
Pour être un jour aimer de vous.
Je casserais tous mes joujoux
Vous cherch’rais la tête dans mes poux
Pour vous offrir de beaux bijoux
Boire vos paroles à en être saoul.
 
 
Refrain                                          
 
Quand arriverais-je à vous
Tutoyer ?
Car le fait de vous dire vous
Ça me tue.
 
Je voulais pas partir battu
Y faudrait pas qu’on s’entretue
Parce que la frontière entre tu
Et vous est tellement ténue
Avec toi, mes yeux ont bien vu
Que tu avais peuplé mes rues
Et tes mots doux que j’ai bien lus
5 sur 5 je les ai reçus .
 
Refrain
 
Réduction de peine
 
Parce que mes jours ne ressemblent jamais à rien
Que dans mon ciel, il fait toujours un temps de chien,
Que j’ai l’impression d’être dans une longue spirale
De m’enfoncer dans un puits, un gouffre infernal
Parce que l’hiver frappe encore, toujours à ma porte
Même si au dehors, des milliers de fleurs sortent.
Même si tous les oiseaux chantent à bec déployé
Pour égayer mes routes, pour gommer mon passé.
 
Refrain                                             
 
Même si je suis coupable
Si je suis devenu denrée périssable
Délivre-moi de ma prison
Accorde-moi une réduction…
Une réduction de peine
Evade-moi de ma cellule
De cette vie ridicule
Accorde-moi une réduction…
Une réduction de peine
 
Parce que depuis longtemps je fonce droit sur le mur
Et que rien ni personne ne panse mes blessures
Je cherche une lueur pour éclairer mes nuits
Avant que mon esprit ne sonne l’hallali
Parce que dedans ma tête, mes idées tournent en rond
Sans arrêt le même air, et la même chanson
Celle qui parle de toi, à des années lumière
Je suis tombé si bas, tombé plus bas que terre.
 
Refrain
 
Amicalmement
 
Traversant mes routes
Tu anesthésies
Mes ennuis, mes doutes
Toutes mes douleurs
Toutes celles qui
me tapent dans le cœur
 
Pour que l’ soleil
Brille enfin pour moi
Tu estompes le ciel,
Noir au dessus d’ mon toit
 
Tu m’ fais prendre la vie
(Mon amie),
Ami…calmement
Ami…calmement
 
Plus légers deviennent
Mes trop lourds tracas
Mes boulets, mes chaînes
Je les sens même pas
T’arrives à gommer
Tous les angles aigus
T’arrives à poncer
Tous les gens obtus.
 
Tu me fais prendre la vie
Mon amie,
Ami…calmement
Ami…calmement
 
Tu changes tous les drames
En torrents d’amour
Les malheurs, les larmes
Beaux, aveugles et sourds
Où sont toutes les guerres
Je ne les vois plus
Le froid, la misère
Portés disparus.
 
Tu me fais prendre la vie
Mon amie,
Ami…calmement
Ami…calmement

 

 

Le jeu de piste
 
Refrain                                  
 
Il faut de tout pour faire un monde
Que tu sois brune, que tu sois blonde
Mais seulement toi sur ma liste
Juste à gagner (trouver) le jeu de piste.
 
Couplet 1                                                  
 
Cour ou jardin
Hier ou demain
Grand ou petit
Joies ou ennuis
Jour ou bien nuit
Soleil ou pluie
Mort ou bien vif
Galets, récifs
Gay ou bien triste
The Clash ou Litz
Mer ou montagne
Forêts, campagnes
Cîmes ou abîmes
Prose ou bien rimes
Lourd ou léger
Frites ou purée
Maigre ou bien gros
Des bas des hauts
Sombre ou bien clair
Richesse, misère + Refrain
 
Couplet 2                                                   
 
Futé, tout fou
Mouton ou loup
Terre ou bien ciel
Cuisses ou bien ailes
Début ou fin
Soir ou matin
Beau ou bien laid
Whisky ou lait
Ynn ou bien yang
Calme ou big bang
Long ou bien court
Haine ou amour
Plus ou bien moins
Près ou très loin
Pile ou bien face
Vit ou trépasse
Sieste ou labeur
Une ou plusieurs
Dead or alive
Armes ou bagages + Refrain
 
Tout effacer
 
A toi j’aim’rais être connecté
Les autres, j’les ai toutes défragmentées
Avant toi, ma vie était sur « pause »
Je voulais tout quitter, même Windows
Je m’suis tant planté, pris tant de bugs
Mes chemins disparus sous le fog
Y a trop d’gens qui veulent s’e.mailer d’tout
Qui s’raient content d’me voir sur les g’noux
 
Refrain                                  
 
Laisse-moi dans tous tes fichiers
Mon icône adorée
On ne peut pas
Non, on ne peut pas…
Tout effacer
 
J’t’avais mis sur mon écran d’veille
Pour toi, j’avais vidé la corbeille.
T’es entrée en moi comme un virus
Pour transformer mes coutumes, mes us
Harcelé de curieux, de courriels ,
Je guettais tes mots, tes lettres, tes mails
J’étais sous trai’t’ment de textes sans arrêt
Fallait tout réinitialiser
 
Refrain
 
Je ne savais plus bien où aller
Quand t’as cliqué sur « Exécuter »
Je faisais plus partie du programme
De tes paramètres et de ton âme
Tu m’avais pas coché dans « Options »
Mais plutôt sur la déconnexion.
Avant que je change le papier peint
Fais-moi un petit clic de la main
 
Refrain
 
Détournement de majeur
 
On s’est aimé tout de suite
On’ y peut rien, c’est comme ça
Pourquoi nous rayer d’ vos listes ?
Pourquoi nous montrer du doigt ?
L’amour aurait donc un âge
Une dose à pas dépasser
Doit-on nous mettre dans des cages,
Opposées et éloignées ?
 
 
Refrain                                     
 
Je ne veux pas chercher d’excuses
A ses ragots que je récuse
Faut-il donc que l’on m’accuse
De détournement de majeur
 
Le bonheur fait des jaloux
Alors le reste, on s’en fout
Même si j’entends parler partout
De détournement de majeur
 
Il faudrait se séparer
Parce qu’on entr’ pas dans la norme
Il faudrait tout arrêter
Pour que ces bruits se rendorment.
Notre amour jeté en pâture
Devient de plus en plus fort(ou « nous rend »)
Cette union « contre nature »
Balise nos chemins en or
 
Refrain
 
Le sais-tu ?
 
Sais-tu
Que maintenant, c’est toujours l’hiver
Tant que tu n’entends pas mes prières
Ni les sourds cliquetis de mes chaînes
Chaînes que tu as forgées dans ma peine
Que seul toi peut me ressusciter
De l’abîme où je me suis plongé
Et j’ai beau regardé tout en haut
Le ciel s’est paré de noirs corbeaux
 
Dis, le sais-tu
Que la musique dans ma tête s’est tue
Que tous ces sombres sentiers, ça me tue
Dis, le sais-tu
 
 
Refrain                                         
 
Alors si encore tu m’entends
Reprends vite la corde qui se tend
Autour de mon corps délaissé
Délivre-moi de ce collier
Alors si encore tu me vois
Enlève les clous et les poids
Qui souillent mon esprit défait
Qui me font animal blessé
 
Sais-tu
Que les tocsins résonnent sur mes pas
Depuis qu’a disparu ton aura
Ma vie est devenue si futile
Jonchée de petits riens trop fragiles
Qu’après avoir rompu nos regards
Dans tous mes chemins, il fait jour noir
Je me noie de nuits blanches en nuits blanches
En essayant d’atteindre ta branche
 
Dis, le sais-tu
Que la musique dans ma tête s’est tue
Que tous ces sombres sentiers, ça me tue
Dis, le sais-tu
 
Refrain
 
Illico texto
 
J’ai peur que mes navires me lancent des SOS
De devoir actionner mes fusées de détresse
J’avais tiré des plans sur toi , ma belle comète
Et puis je t’ai perdu, et j’ai perdu la tête
J’ai pris tous les chemins qui menaient à nulle part
Depuis qu’autour de moi s’est posé le brouillard
Avant que je déraille, que je parte loin d’ici
J’attends juste de toi un geste de survie
 
Alors si tu me captes, alors si tu m’entends,
Reviens sur mes radars, reviens dans mon présent
Pour guérir de mes maux
Envoie-moi donc un mot
Illico texto
 
J’ai vu tous mes soleils engloutis sous les eaux
Et tous les océans se perdre en longs sanglots
J’aurais tellement aimé que tu prennes ma peine
Et que tu la conduises loin de toutes mes déveines
J’ai passé trop de jours, trop de nuits à attendre
Un signe, une étincelle parmi tous ces méandres
Effaçons le passé, repartons à zéro
On ne peut pas rester à se tourner le dos
 
Alors si tu me captes, alors si tu m’entends,
Reviens sur mes radars, reviens dans mon présent
Pour guérir de mes maux
Envoie-moi donc un mot
Illico texto
 
  « Ma woman’s land »
 
Je t’ai rêvée
Tu es enfin arrivée
 
Couplet 1
 
Jours à errer,
Des mois et mêm’ des années
Se dire qu’on finira seul
Sans la trouver
Sans avoir pu rencontrer
Celle qui serait mon idole
Ma peti-te baby doll
 
Transition
 
Ma woman’s land, je l’ai tant imaginée
Ma woman’s land, je l’ai tellement désirée
Ma woman’s land, mon âme sœur enfin trouvée
Ma woman’s land, toujours être à tes côtés
Ma woman’s land, Ma woman’s land
 
Refrain
 
Je t’ai rêvée
Tu es enfin arrivée
Dans mes sentiers
Ma woman’s land
Tu seras ma / woman’s land
Ma woman’s land
 
Couplet 2
 
Les heures tuées
Ma vie s’égrenne à pleurer
Dans mon cœur plus d’idées folles
Fuir la clarté
Rechercher l’obscurité
Et tous mes espoirs s’envolent
Avant que tu ne m’affoles
 
Transition
Refrain
 
Partager cet article
Repost0
16 avril 2006 7 16 /04 /avril /2006 15:19

 

 

Y a pas d’mal à s’faire du mal

 

Couplet 1

Dans le miroir de la salle de bain

Y a plus rien

Plus d’visage tracé dans la buée

Deviné

Même pas écrit comme dans un film noir

Au revoir

Que vont dev’nir Dior et Givenchy

Moi aussi

J’ai beau faire tout c’que j’aime, tout c’qui m’plaît

C’est la plaie

Sans toi déconfiture, j’suis kedal

Et j’m’étale

Je ressens et vis comme une présence

Ton absence

Dans mon cœur t’as laissé tout plein d’vide

C’est le bide

 
Refrain

Y a pas d’mal à s’faire du mal

Je sasse et ressasse

Mes hélas

Le jour où t’as fais la malle

Et si mal, si mal

(Trop tard

T’as changé trottoir)

Y a pas d’mal à s’faire du mal

En boucle nos délires

Sans prév’nir

Comme un lapin tu détales

Loin de mes dédales

(Trop tard

T’as changé trottoir)

 

Couplet 2

Pas d’nouveau et pas d’ex…plications

C’est trop con

Alors je fais mon mea culpa

J’y coupe pas

Mais qu’est-ce que j’ai dit, qu’est-ce que j’ai fait

Ou pas fait

Je tourne et retourne dans la maison

Pas très rond

J’croyais être tout beau et tout nickel

Miel et sel

Mais si t’as pris la tangeante, des ailes

Fais la belle

C’est p’t-être que t’as trouvé mieux ailleurs

Le bonheur

Dans le lit immense, plus de bataille

Et j’me caille

 

Refrain
 
Couplet 3

Ton départ, j’l’avais pas senti v’nir

Triste av’nir

J’reste avec mes interrogations

Mes questions

 

Refrain

 

Commission rogatoire

 

Couplet 1

J’ai mené ma petite enquête

Parce que de toi, j’étais en quête

Et je t’ai prise en filature

Après tant de mois de torture

T’as pas voulu d’mes caramels

J’ai décidé de faire appel

J’pensais pouvoir saisir ma chance

Mais tu refuses toutes mes avances

Tu refuses toutes mes marche-arrières

Pourquoi t’as tout foutu en l’air ?

Je vais faire une perquisition

Dans tes vallées et tes lagons

 

Refrain

En avant pour l’interrogatoire

Avec mes mots, avec mes mains

Tu peux pas dire non

J’ai une commission

Une commission rogatoire

Pour toi, aucun échappatoire

Je te veux à moi corps et biens

Tu peux pas dire non

J’ai une commission

Une commission rogatoire

 

Couplet 2

C’est dur que tu penses au passé

Sans aucune autre forme de procès

Et moi sur cette route en lacets

Je ne voulais que t’enlacer

Pas t’ mettre les menottes aux poignets

J’ai d’autres châteaux à fouetter

C’est vrai que je suis seul coupable

Je deviens danger périssable

Je veux tout connaître de toi

Alors je vais te lire tes droits

Je te maintiens en garde à vue

Dans mon p’tit cœur et dans ma rue.

 

Refrain

 


Les yeux de Chimène

 

Couplet 1                                       

 

Pour t’attirer dans mes filets

Et te garder à mes côtés

Pour te faire comprendre que sans toi

Je surnage en plein désarroi

Pour que mes ruisseaux de naguère

Me ramènent près de ta rivière

Noyant toutes mes idées noires

Dans une grand’ vague d’espoir.

 

Refrain                                                   

 

Je ferais pour toi

Les yeux de Chimène

Oui, j’aurais pour toi

Les yeux de Chimène.

 

Couplet 2                                   

 

Pour que ma vie d’après-demain

Chantonne ses plus beaux refrains

Et faire que le monde alentour

Se pare de ses plus beaux atours

Pour arriver dans ton aura

Te serrer très fort dans mes bras

Que plus rien d’autre ne doit compter

Que ce chemin qu’on doit monter.

 

Refrain

 

Couplet 3                                         

 

Pour sentir le soleil enfin

Illuminer tous mes matins

Comme lui m’fait sortir de la nuit

 Fais-moi donc sortir de l’ennui

 

Refrain

 

 

 

La dose prescrite

 

Couplet 1                                         

 

Errer des jours, des années

A se dire qu’on finira seul

Sans chercher et sans trouver

Celui qui serait une idole…

Voir le sablier qui s’égrène

Sans tempête et sans lagon bleu

Fuir les regards qui traînent

Renoncer à tous les jeux

Mais, soudain

Je t’ai vu sur mon chemin

Et depuis, depuis….

 

Refrain                                           

 

Il manque quelque chose

A cette histoire

A peine écrite

Besoin de dépasser

La dose prescrite

Il manque quelque chose

A tous mes gestes, tous mes hits

Besoin de dépasser

La dose prescrite

 

 

Couplet 2                                

 

Se complaire dans le spleen, l’ennui

Pour éviter ce qui dérange

 Voir tout en noir nos envies

 Aimer le démon qui nous mange

Faire de tous nos murs un abri

Un rempart pour s’isoler

Et de nos portes, un pont-levis

Toujours fermé, toujours baissé

(ou « comme mes yeux, toujours baissés »)

Mais, soudain

Je t’ai vu sur mon chemin

Et depuis, depuis….

 

Refrain

 


 

Ça me tue

 

Couplet 1                                          

 

J’irais de Bali à Corfou

Pour mélanger nos deux corps fous

Et je me mettrais à genoux

Pour être un jour aimer de vous.

Je casserais tous mes joujoux

Vous cherch’rais la tête dans mes poux

Pour vous offrir de beaux bijoux

Boire vos paroles à en être saoul.

 

 

Refrain                                          

 

Quand arriverais-je à vous

Tutoyer ?

Car le fait de vous dire « vous »

Ça me tue.

 

Couplet 2                           

 

Je voulais pas partir battu

Y faudrait pas qu’on s’entretue

Parce que la frontière entre « tu »

Et « vous » est tellement ténue

Avec toi, mes yeux ont bien vu

Que tu avais peuplé mes rues

Et tes mots doux que j’ai bien lus

5 sur 5 je les ai reçus .

 

Refrain

 

 

 

Réduction de peine

 

Couplet 1                       

 

Parce que mes jours ne ressemblent jamais à rien

Que dans mon ciel, il fait toujours un temps de chien,

Que j’ai l’impression d’être dans une longue spirale

De m’enfoncer dans un puits, un gouffre infernal

Parce que l’hiver frappe encore, toujours à ma porte

Même si au dehors, des milliers de fleurs sortent.

Même si tous les oiseaux chantent à bec déployé

Pour égayer mes routes, pour gommer mon passé.

 

Refrain                                             

 

Même si je suis coupable

Si je suis devenu denrée périssable

Délivre-moi de ma prison

Accorde-moi une réduction…

Une réduction de peine

Evade-moi de ma cellule

De cette vie ridicule

Accorde-moi une réduction…

Une réduction de peine

 

 

Couplet 2                  

 

Parce que depuis longtemps je fonce droit sur le mur

Et que rien ni personne ne panse mes blessures

Je cherche une lueur pour éclairer mes nuits

Avant que mon esprit ne sonne l’hallali

Parce que dedans ma tête, mes idées tournent en rond

Sans arrêt le même air, et la même chanson

Celui qui parle de toi, à des années lumière

Je suis tombée si bas, tombée plus bas que terre.

 

Refrain

 

 


Amicalmement

 

Couplet 1                                          

 

Traversant mes routes

Tu anesthésies

Mes ennuis, mes doutes

Toutes mes douleurs

Toutes celles qui

me tapent dans le cœur

Tu estompes le ciel,

Noir au dessus d’ mon toit

 

Refrain                                          

 

Tu m’ fais prendre la vie

(Mon ami),

Ami…calmement

Ami…calmement

 

Couplet 2                                          

 

Plus légers deviennent

Mes trop lourds tracas

Mes boulets, mes chaînes

Je les sens même pas

T’arrives à gommer

Tous les angles aigus

T’arrives à poncer

Tous les gens obtus.

 

Refrain

 

Couplet 3                                     

 

Tu changes tous les drames

En torrents d’amour

Les malheurs, les larmes

Beaux, aveugles et sourds

Où sont toutes les guerres

Je ne les vois plus

Le froid, la misère

Portés disparus.

 

Refrain

 

Couplet 4                                                

 

Pour que l’ soleil

Brille enfin pour moi

 

Refrain                                                             

 

 

 

 

 

Le jeu de piste

 

Refrain                                      

 

Il faut de tout pour faire un monde

Il faut des brunes, il faut des blondes

Mais seulement toi sur ma liste

Juste à gagner (trouver) le jeu de piste.

 

Couplet 1                                                  

 

Cour ou jardin

Hier ou demain

Grand ou petit 

 Joies ou ennuis

 Jour ou bien nuit

Soleil ou pluie

 Mort ou bien vif

Galets, récifs

Gay ou bien triste

The Clash ou Litz

 

Refrain

 

Couplet 2                                               

 

Mer ou montagne

Forêts, campagnes

Cîmes ou abîmes

Prose ou bien rimes

Lourd ou léger

Frites ou purée

Maigre ou bien gros

Des bas des hauts

Sombre ou bien clair

Richesse, misère

 

Couplet 3                                                   

 

Futé, tout fou

Mouton ou loup

Terre ou bien ciel

Cuisses ou bien ailes

Début ou fin

Soir ou matin

Beau ou bien laid

Whisky ou lait

Ynn ou bien yang

Calme ou big bang

 

Refrain

  

Couplet 4                                             

 

Long ou bien court

Haine ou amour

Plus ou bien moins

Près ou très loin

Pile ou bien face

Vit ou trépasse

Sieste ou labeur

Une ou plusieurs

Dead or alive

Armes ou bagages

 

Refrain

 

 


Tout effacer

 

Couplet 1                                    

 

A toi j’aim’rais être connectée

Les autres, j’les ai tous défragmentés

Avant toi, ma vie était sur « pause »

Je voulais tout quitter, même Windows

Je m’suis tant plantée, pris tant de bugs

Mes chemins disparus sous le fog

Y a trop d’gens qui veulent s’mailer d’tout

Qui s’raient content d’me voir sur les g’noux

 

Refrain                                 

 

Laisse-moi dans tous tes fichiers

Mon icône adoré

On ne peut pas

Non, on ne peut pas…

Tout effacer

 

Couplet 2                                

 

J’t’avais mis sur mon écran d’veille

Pour toi, j’avais vidé la corbeille.

T’es entré en moi comme un virus

Pour transformer mes coutumes, mes us

Harcelé de curieux, de courriels ,

Je guettais tes mots, tes lettres, tes mails

J’étais sous trai’t’ment de textes sans arrêt

Fallait tout réinitialiser

 

Refrain

 

Couplet 3                                     

 

Je ne savais plus bien où aller

Quand t’as cliqué sur « Exécuter »

Je faisais plus partie du programme

De tes paramètres et de ton âme

Tu m’avais pas coché dans « Options »

Mais plutôt sur la déconnexion.

Avant que je change le papier peint

Fais-moi un petit clic de la main

 

Refrain

 

 

 

Détournement de majeur

 

Couplet 1                                        

 

On s’est aimé tout de suite

On n’y peut rien, c’est comme ça

Pourquoi nous rayer d’ vos listes ?

Pourquoi nous montrer du doigt ?

L’amour aurait donc un âge

Une dose à pas dépasser

Doit-on nous mettre dans des cages,

Opposées et éloignées ?

 

Refrain                                     

 

Je ne veux pas chercher d’excuses

A ses ragots que je récuse

Faut-il donc que l’on m’accuse

De détournement de majeur

 

Le bonheur fait des jaloux

Alors le reste, on s’en fout

Même si j’entends parler partout

De détournement de majeur

 

 

Couplet 2                                            

 

Il faudrait se séparer

Parce qu’on entr’ pas dans la norme

Il faudrait tout arrêter

Pour que ces bruits se rendorment.

Notre amour jeté en pâture

Devient de plus en plus fort (ou « nous rend »)

Cette union  contre nature 

Balise nos chemins en or

 

Refrain

 

 

 

Le sais-tu ?

 

Couplet 1                                                    

 

Le sais-tu 

Que maintenant, c’est toujours l’hiver

Tant que tu n’entends pas mes prières

Ni les sourds cliquetis de mes chaînes

Chaînes que tu as forgées dans ma peine

Que seul toi peut me ressusciter

De l’abîme où je me suis plongé

Et j’ai beau regardé tout en haut

Le ciel s’est paré de noirs corbeaux

 

Dis, le sais-tu

Que la musique dans ma tête s’est tue

Que tous ces sombres sentiers, ça me tue

Dis, le sais-tu

 

 

Refrain                                        

 

Alors si encore tu m’entends

Reprends vite la corde qui se tend

Autour de mon corps délaissé

Délivre-moi de ce collier

Alors si encore tu me vois

Enlève les clous et les poids

Qui souillent mon esprit défait

Qui me font animal blessé

 

Couplet 2                                                         

 

Sais-tu

Que les tocsins résonnent sur mes pas

Depuis qu’a disparu ton aura

Ma vie est devenue si futile

Jonchée de petits riens trop fragiles

Qu’après avoir rompu nos regards

Dans tous mes chemins, il fait jour noir

Je me noie de nuits blanches en nuits blanches

En essayant d’atteindre ta branche

 

Dis, le sais-tu

Que la musique dans ma tête s’est tue

Que tous ces sombres sentiers, ça me tue

Dis, le sais-tu

 

Refrain

 


 

Illico texto

 

Couplet 1                      

 

J’ai peur que mes navires me lancent des SOS

De devoir actionner mes fusées de détresse

J’avais tiré des plans sur toi, ma belle comète

Et puis je t’ai perdu, et j’ai perdu la tête

J’ai pris tous les chemins qui menaient à nulle part

Depuis qu’autour de moi s’est posé le brouillard

Avant que je déraille, que je parte loin d’ici

J’attends juste de toi un geste de survie

 

Refrain                              

 

Alors si tu me captes, alors si tu m’entends,

Reviens sur mes radars, reviens dans mon présent

Pour guérir de mes maux

Envoie-moi donc un mot

Illico texto

 

Couplet 2                         

 

J’ai vu tous mes soleils engloutis sous les eaux

Et tous les océans se perdre en longs sanglots

J’aurais tellement aimé que tu prennes ma peine

Et que tu la conduises loin de toutes mes déveines

J’ai passé trop de jours, trop de nuits à attendre

Un signe, une étincelle parmi tous ces méandres

Effaçons le passé, repartons à zéro

On ne peut pas rester à se tourner le dos

 

Refrain


 

D’amour et d’orage

 

Couplet 1                                             

 

Prendre sa vie ici bas

Avec ses hauts et ses bas

Une bouteille mi-pleine, mi-vide

Une courbe en sinusoïde

C’est ça l’état de mon cœur

Entre bonheur et malheur

 

Tu es entré dans mes vies

Sans frapper sans préavis

Pour le meilleur et le pire

Pour les pleurs ou bien les rires

Dans ma terre de paradoxe

Entre info et intox

 

Refrain                                              

 

Tout ce qui nous oppose

Tout ce qui dépasse la dose

Et nous emmène

Et nous malmène

Du soleil aux nuages

C’est ce qui nous fait vivre

Vivre d’amour…

D’amour et d’o…rage.

 

Couplet 2                                        

 

Pour continuer notre route

Vers la vérité, le doute

Vers la tendresse anti-stress

Vers les cris, les maladresses

Rien n’est écrit à l’avance

On bouge pas sur les mêmes danses

Et tout ce qu’on nous reproche

Nous renforce et nous rapproche

Les tempêtes et les tornades

Se transforment en promenades

En nageant sur des mers d’huile

On ne trouve jamais son île.

 

Refrain

 

 


 

Réchauffement climatique

Couplet 1
Mes idées
sombres comme mes routes à traverser
sombrent et fondent comme neige au soleil
se détachent de moi, de mon ciel
Elles sont entraînées vers le large
me laissant des eaux calmes et sages
Elles vont mourir vers l'horizon
Pour que ma vie change de saison
mes heures tristes comme la banquise
ont fondu avant que j' m'enlise

Refrain possible
Entre nous
le temps a changé
Entre nous
quelque chose de magique
Je ressens les effets
Les effets...du réchauff'ment
...du réchauff'ment climatique

Couplet 2
Submergées
Mes galères qui se sont échouées
tous les écueils qui m'ont touché
ces îles malsaines où j'accostais
ces bouts de terre où j'm'accrochais
Ton océan qui m'envahit
qui monte chaque jour, chaque nuit
emporte bien loin de la surface
tous ces débris qui me tracassent

Refrain

Couplet 3
Envolés
les chemins qu'hier je prenais
là-haut vers d'autres galaxies
mes errances, à mourir d'ennui
un vent chaud et fort a soufflé
pour me pousser vers tes sentiers
Il a provoqué des dégâts
près d'chez moi, mais c'est mieux comme ça
a déclenché un tsunami
une bombe en plein coeur de ma vie
Refrain

 

 

 

 

 

  Trop de séquelles
 
 De mes faits et gestes
Mes faits indigestes
Oui tout m’interpelle
Vers ses bras, son ciel
Et sans crier gare
Il a pris d’autres gares
J’avais pas l’ticket
Pour l’accompagner
Il reste un dégoût
Il reste comme un goût
D’inachevé et
De plaisirs gâchés
 
Refrain
Trop de séquelles, séquelles
C’est qu’elle me manque tant
cette vie d'avant
Que je veux tout l’temps
C’était si bien
Avant que tu t’barres
Point barre
 Trop de séquelles, séquelles
C’est qu’elle me manque tant
Cette histoire
dans notre tiroir
 
C’était si bien
Avant que tu t’barres
Point barre

Couplet 2
Tout va de travers
Tout marche à l’envers
Depuis ce mot fin
Sur notre chemin
Soudain tout s’arrête
Sur un coup de tête
En tête de mes hits
Elle en délit d’fuite
Je suis condamné
Aux travaux forcés
Forcé dans ma cage
De tourner la page

 

Refrain

 

 

 

 

C’est comme

 

Couplet 1

C’est comme

Si le temps s’arrêtait

Si je m’étais déconnecté

Loin de ce monde qui m’assaille

Loin de ces trains qui déraillent

 

C’est comme

Si plus rien ne comptait

Si plus rien n’existait

A part ces liens que l’on tisse

Vers ce bonheur où l’on glisse

 

Refrain

C’est comme ça

C’est comme ça

On n’y peut rien

C’est notre destin

C’est comme ça

C’est comme ça

C’est toi ou rien

Et rien que toi

 

Couplet 2

C’est comme

Si tout recommençait

Si depuis toi j’étais né

Effacé le noir de ma vie

Colorié en bleu toutes mes nuits

 

C’est comme

Une force douce et terrible

Inéluctable et invisible

Qui m’a poussé vers tes bras

Vers tes yeux etcetera

 

Refrain

 

 

 

 

 

 

Coma idyllique

 

Couplet 1

Ennivré par tes parfums

Emprisonnant mes matins

Je bois toutes tes paroles

Comme un verre de Pommerol

Avec toi j’ dépasse la dose

Et je suis en overdose

Pour ta voix ou pour tes gestes

J’explose tous les alcootests

Je suis en état second

Tu bouscules mes horizons

 

Refrain

Avec toi je suis tombée

Dans le coma idyllique

Tu es mon eau de vie

Ma route vers le paradis

Avec toi je suis tombée

Dans le coma idyllique

Comme des vapeurs d’alcool

Avec toi je m’envole

 

Couplet2

Avec toi je m’envole

Notre amour est bon millésime

Est-ce un drame ou est-ce un crime,

Notre amour est un bon cru

Qui l’eut cru ? Oui, qui l’eut cru

Il sera comme le bon vin

Bonifié  avec le temps

Je goûte à tous tes cocktails

Fruités ou bien envoûtants

De toi, j’ai une addiction

Et j’en perds toute ma diction

 

Refrain

 

 

 

 


 

 

Partager cet article
Repost0
16 avril 2006 7 16 /04 /avril /2006 15:15
Mon extraterrestre
 
Couplet 1                                       
 
Quand tu as soudain atterri
Dans le grand terrain de ma vie
Venu comme une belle comète
D’un autre monde, d’une autr’ planète
J’ai ressenti à ce moment
Que rien ne serait comme avant.
L’horizon, à mon portail hier
Pas plus loin que ces murs de pierre,
Mais tout s’éclaire à présent
Emportés, les peines, les tourments.
 
Refrain                                                
 
Parce qu’aujourd’hui
T’es arrivé en pleine lumière
Dans mon univers,
T’es mon extraterrestre,
C’est extra, tu restes !
 
 Couplet 2                                 
 
T’as laissé tes valises, tes traces,
Comme si tu débarquais de Mars,
C ’était en plein cœur de Juillet,
En plein coeur de ce bel été
Que tu t’es pris dans mon aura
Entre mon corps entre mes doigts
C’est c’qui pouvait m’arriver d’mieux
Croiser le regard de tes feux.
T’as laissé ton vaisseau spatial
Partir vers d’autres conquêtes astrales
 
Refrain                                                
 
Plaidoyer d’amour culinaire
 
Refrain                                       
 
Ecoutez mon plaidoyer d’amour
Culinaire et désespéré
Mélange salé-sucré, toujours
Que j’aimerais pouvoir déguster.
 
Couplet 1                             
 
J’aurais dû mettre tous tes potes au feu
Pour ne plus rester la bonne poire
Pour que tu puisses plonger dans mes yeux
Embrouillés par trop de désespoir.
Et à force de noyer le poisson
J’en ai gros sur la patate, c’est vrai
Je sais bien que c’est pas tes oignons
Mais fais moi rev’nir dans tes filets
 
Refrain
 
Couplet 2                           
 
Je suis comme le citron, tellement pressé
Pressé de plus marcher à r’culons
Comme le crabe, qui prend la vie d’ travers.
J’ai envie que tu me donnes un bol d’air.
Pour toi, j’aurais pû faire le jeûn fort
Avant qu’on m’dise, en m’voyant partir
De la maison, qu’un vieillard en sort,
Réponds à mes avances d’un sourire.
 
Refrain
 
Couplet 3                           
 
C’est sûr qu’il y a du pain sur la planche
Avant que tu m’ouvres enfin tes bras
Avant d’arriver jusqu’à tes hanches
Que j’chasse les lapins posés par toi.
Quand j’aurais trouvé la bonne recette
On ouvrira , une bonne bouteille, sûr,
Maintenant, j’suis encore à la diète
Mais pas pour longtemps, ça, j’vous l’assure.
Ecoutez mon plaidoyer d’amour
Culinaire et désespéré
Mélange salé sucré, toujours
Que j’aimerais un jour déguster.
 
Refrain
 
Standing ovation
 
Couplet 1                                  
 
Pour son regard où je me perds
Faisant vaciller mes repères
En m’indiquant la marche à suivre
Dans ce bleu reine où je m’enivre.
Et pour son corps que je respire
De ses senteurs, de ses soupirs
Et comme l’océan insatiable
Retrouvant une mer de sable.
 
Refrain                                                 
 
Standing ovation
Pour celui qui éloigne toujours mes orages
Qui change en réalité les mirages
Standing ovation
Pour ce soleil que je n’attendais plus
Dans toutes mes errances, mes voies sans issue
 
Couplet 2                             
 
Sous mes faux airs de vraie princesse
Entre patt’ de velours et tigresse
(ou « patt’ de velours, griffes de tigresse »)
Je suis arrivée dans sa cour
Espérant y rester toujours.
Pour découvrir ce nouveau ciel
Ce mystère douceur caramel
Pour toutes ces îles à explorer
Où il me tarde d’accoster.
 
Refrain
 
Couplet 3                             
 
Pour ses pièges qu’il m’a fait franchir
Ses murs qu’il m’a fait démolir
Le passé devenant soudain
Un tunnel lugubre et lointain
Pour toutes ces choses, ces petits riens
Qu’ ont éclairé mes lendemains
J’ai du me faire tant de jaloux
Et je voulais lui dire surtout…
 
Refrain
 
Les petits riens qui font les « grands-beaucoup »
 
Couplet 1                       
 
Il a mis dans mes ténèbres si déprimants
Des sunlights aveuglants
Et changé tous mes silences isolés
En musique saturée
Il a fait la révision d’mes cinq sens
Remis un peu d’essence.
A posé plus d’un atour dans son sac
M’évitant les culs d’sac.
 
Refrain                                        
 
Enfin il a tous ces petits riens
Qui font les « grands beaucoup »
Paradoxe parce que demain
Sans lui vaut pas un clou.
 
Couplet 2                            
 
Je savais que je la trouv’rai, ma merveille,
Que l’ennui porte conseil
Mon existence ne tenait qu’à un fil,
Si fin et si fragile,
Mais en magasin, au rayon coup d’foudre,
J’ai vu « machine à coudre ».
Fini, les nuits à mourir au jour le jour,
Enfin arrive l’amour.
 
Refrain
 
Pas superficielle
 
Couplet 1                                 
 
Les barbies, ça, j’en ai rien à faire
Celles qui ont du chewing-gum dans la cervelle
Vivre en play back, c’est pas ce que j’ préfère
Non, plutôt voler de mes propres ailes.
 
Je m’allonge pas sur les divans des psys
Quand j’ vais surfer sur son vague à l’âme
J’vais pas m’shooter à la coke, au pepsi,
J’m’en sortira toujours en grand’ dame.(sans un drame)
 
Refrain                                        
 
Je marche pas au super...ficiel
Ce trésor pas très or...dinaire.
Je voudrais qu’il tire les ficelles
De ma vie car sans lui, j’ai les nerfs.
Sans cet homme pas super...ficiel.
 
Couplet 2                                
 
J’espère être entière, sa future moitié
J’ n’ai pas la langue dans sa poche surtout
Quand il m’envoie « smack !» un torride baiser
Comme un passeport pour me dire « On va où ? »
 
Et puis n’en déplaise à ceux qui m’entourent
Car ce que j’ pense bien ou mal, je le dis
Naviguant entre la haine et l’amour
Dans les lacs ou les torrents de la vie
 
Refrain
 
Oui, j’ai de l’énergie à revendre,
Et dans son coeur, y faudrait que j’me case,
Pourvu qu’il y ait toujours une place à prendre,
Y faudrait surtout pas que je rate l’occas’.
 
Refrain
 
L’être cher
 
Couplet 1                                   
 
Y a des phrases qui se perdent
Dans le vide
Des sourires qui s’éteignent
C’est le bide
Fallait pourtant trouver
L’mode d’emploi
Te mettre sur mes carnets
Sous mon toit
 
Refrain                                              
 
Quand vas-tu comprendre
Que de toi je suis éprise
Que pour moi tu n’as pas de prix
Quand vas-tu comprendre
Que de toi je suis éprise
Que j’ai rencontré l’être cher
En os et en chair
Oui, l’être cher...
 
Couplet 2                                      
 
Comment stopper l’moteur
Qui sans arrêt
Tourne, espérant l’bonheur
A jamais
Y a des matins ténèbres
Des cachots
Où j’espèrais tes lèvres
Fruits au sirop
 
Refrain
 
C’était demain (version 1)
 
Couplet 1                                    
 
Tu mettras tes plus beaux atours
Dès les premières lueurs du jour.
La pluie lavera tous nos ennuis
Le froid gèlera nos soucis.
On fera de tous nos problèmes
Un tremplin vers des stratagèmes
Qui attiseront nos caresses
Fait de douceur et de tendresse.
Ce sera trop beau
Pour être vrai
Ce sera trop beau
Parce qu’en effet...
 
Refrain                                                      
 
C’était demain
Avant que t’écrives le mot fin
A notre histoire
C’était demain
Avant qu’tu mettes sur mon destin
Un coup d’poignard
C’était si bien...
...Mais c’était demain .
 
Couplet 2                                      
 
Plus rien ne pourra compter
Plus rien ne pourra exister
A part notre amour éternel
Qu’on suivra de la terre au ciel.
On s’ra entouré de lagons
Tels des miroirs,(ils)nous renverront
L’image du parfait bonheur
Un monde parsemé de fleurs.
 
Refrain
 
C’était demain ( version 2)
 
Couplet 1                                              
 
Tu porteras si bien
Tes plus jolis atours
Dès que la nuit fera place au matin
Dès qu’arriv’ra le jour
Et la pluie lavera
Tous nos petits ennuis
Et comme un allié, le froid gèlera
Tous nos petits soucis
 
Transition                                       
 
Oui, ce s’ra tellement beau
Bien trop beau pour être vrai
Oui, parce qu’en effet
Tout ça c’était demain.
 
Refrain                                             
 
Voir tous les avions partir
Ceux qui mènent à tes sourires
C’était tellement bien,
Oui, tout ça, c’était demain
Voir tous les malheurs s’enfuir
Et ton cœur en point de mire
C’était tellement bien (ou « Oui, tout ça, c’était demain »)
Tout ça, c’était demain
               
Couplet 2                                       
 
Avant d’ mettre le mot fin
Un soir à notre histoire,
Et que mon destin ne soit devenu
Qu’un coup de poignard.
Rien n’ pourra exister
Sauf l’amour éternel
Et désormais rien ne pourra compter
Ni la terre ni le ciel
 
Transition / Refrain
 
Couplet 3                                              
 
Entourés de lagons
Miroirs aux mille couleurs
Et comme par magie, ils nous renverront
L’image du bonheur
 
Transition / Refrain
 
Tout feu, tout femme
 
Couplet 1                                       
 
Il met un moteur dans ma vie
Qui tourne sans arrêt dans ma tête
Vers un doux rêve qui me poursuit
Et pour qu’enfin le temps s’arrête
Il m’aide à démêler le fil
De mes idées qui s’entrechoquent
Pour vivre un bonheur tout tranquille
Loin des faux amis, loin du toc
 
Refrain                                                        
 
Grâce à lui,
Je vis tout feu tout femme
Depuis c’jour où il a entendu
Ma détresse et mon signal de larmes
Dans mon coeur où toujours il a plu.
Grâce à lui,
Je vis tout feu tout femme
Il ne pouvait en être autrement
Car c’était pour le bien de mon âme
Qu’il a pu calmer tous mes torrents
 
Couplet 2                                          
 
Il a fait de mon existence
Un tremplin vers un avenir
Où j’ai tiré la carte « chance »
Entre tes bras et tes sourires
Il est mon seul chaînon manquant
Ce petit grain de sable, de folie
Qui a transformé mes instants
En feu d’artifice, en magie
 
Refrain
 
Il soufflera sur tous mes soirs
Comme l’alizé sur l’ équateur
Pour me perdre dans ses regards
Dans ses océans de douceur
Il écrira les plus belles pages
Du roman que j’ai commencé
Il parle d’amour comme une image
     Sage que l’on aime à colorier  
Refrain
NB : Autre refrain possible          
Grâce à lui, je vis tout feu tout femme
Il a stoppé mon signal de larmes
Grâce à lui, je vis tout feu tout femme
Tout ça pour le bien de mon âme
Oui, je vis...tout feu tout femme
 
Chaos
 
Refrain                             
Qui donc nous a mis                       K.O. ?
Nous a mis dans le                        Chaos ?
Est-ce nos corps ne faisant plus         Echo ?
Ou nos coeurs ne disant plus             OK ?
 
Couplet 1                         
 
Notre branche a fini par…           Casser
Et notre affaire s’est …               Classée,
A force de trop …                        De cris,
De rêves déjà …                        Acquis !
A force de trop…                              De coups !
Tout ça ne valait pas…                   Un clou !
 
Refrain
 
Couplet 2                     
 
Pour éviter qu’on me …                   Questionne,
Je reste comme…                        Une conne,
Alors je plaide …                         Coupable
Ai repris mes billes, mon …               Cartable
Allez dis-moi qu’on re.….            Commence
Oublions vite nos…                              Carences !
 
Refrain
 
Couplet 3                         
 
Je me suis penchée sur…                      Ton cas,
Sur nos heures de…                              Tracas,
J’ai fait mon mea…                 Culpa,
Banni l’excès, l’eccé                   Téra,
Viens rejoindre mon cœur…                  Vacant !
Viens vite, il en est en……                        Core tant !
 
Refrain
 
Couplet 4                              
 
Depuis c’est toujours la …               Cata
Même si j’suis pas Garcia …                    Lorca
Fallait qu’tu saches que je…                                 Paye cash
Ton départ qui résonne comme…                      Un clash
Oui, ce monde est vraiment…                             Trop crade
Trop dur depuis ton es…                                 Tocade
 
Refrain
 
 Couplet 5                     
 
Maintenant j’ai vraiment plus…                  Le cœur
A suivre tous ces ch’mins qui…                 M’écoeurent
Je m’en fiche du tiers comme…                  Du quart
A part si tu m’files un…                            Rencart.
Alors tu vas pas me lai                 … sser coi
                 (ou «laisse-moi t’expliquer pourquoi »)
J’ai tant de choses à te …                                       Dire quoi !
 
Refrain
 
Couplet 6                    
 
Ne me laisse pas dans le(ce)…                         Cafard
Tout ça pour c’malheureux…                         Ecart
Ce serait trop fort(ou « faible » de..              Café
Que tu pardonnes pas que j’ai…                     Gaffé
On était fait pour s’ren…                                    Contrer
Dans ce bas-monde, toutes ces                              Contrées
(ou « même si la vie m’a …contrée »)
 
Refrain
 
Couplet 7              
 
Tu m’avais pris pour une…                          Canaille
Un moins que rien, une vraie…                             Racaille
Même si on est en dé…                                          Saccord
J’ai trop besoin d’ton corps…                       A corps
(ou « d’un corps.. »)
A la télé, dans les…                                 Bouquins
Tu as dû voir tell’ment d’                                 Requins
 
Refrain
 
Couplet 8                  
 
Je savais bien que je…                                     Risquais
De finir tout seul et…                                       Inquiet
(ou « sur le quai »)
J’méritai pas d’être é…                                            Conduit
Même si je me suis mal…                                         Conduit
J’avais pas appris tout…                                              Ton code
Main’t’nant je suis bon pour…                                    L’exode.
 
Refrain
 
Couplet 9              
 
T’étais pour moi comme un…                                   Cadeau
Ni trop froid ni troppo…                                          Caldo
Depuis c’jour où tu t’es                                              Cassée
Toutes mes idées sont con…                          Cassées
Pourquoi tu as levé..                                                     Le camp
Alors dis-moi, tu re…                                                           Viens quand ?
Refrain
La brume
 
Couplet 1                                  
 
Eloignés les fantômes, les spectres
Tous les pics épiques qui m’assaillent
Qui me transpercent de part en part
Entourés de tant de canailles
Venant jusque sous mes fenêtres.
Effacées les rancoeurs de la vie
Traces qu’on croit indélébiles
Sentiers menant droit à l’ennui
Lugubres et froids comme l’exil.
 
 Refrain                                                  
 
Tu es ma brume
Mon passé reste invisible
Je surnage dans ton écume
Plus de flèches, plus de cibles
Tu es ma brume
Celui qui a estompé
Mon univers d’infortune
Pour laisser seulement émerger
Les beaux titres sur les unes
C’est pour ça
Que tu es ma brume
 
Couplet 2                                     
 
Envolés points d’interrogation
Ma vie est devenue si belle
Pour m’emmener vers l’horizon
Ils sont devenus arc-en-ciel
Achever de broyer du noir
 Chasser l’araignée du matin
Et le cafard qui vient le soir
Plus de sales bêtes sur mon destin
 
Refrain
Partager cet article
Repost0
4 avril 2006 2 04 /04 /avril /2006 16:28
Celui par qui le bonheur arrive
 
Couplet 1                                  
Il sème des pierres sur son chemin
Pour que ses pas m’emmènent très loin
Je le suivrais même jusqu’au bout du monde
Même jusqu’au bout du monde
Il illumine toute ma vie
Quand dans mon coeur s’installe la nuit
Et je suis né quand je l’ai rencontré
Quand je l’ai rencontré
 
Refrain                                                   
 
Ni rien ni personne
Ne m’empêchera d’aimer
Celui par qui le bonheur arrive
Les dieux devront déverser
Un beau jour des offrandes
A celui par qui le bonheur arrive
 
Couplet 2                             
 
Avec lui, je peux franchir des barrières
Que je n’osais affronter hier
Le froid hiver a fait place au printemps
A fait place au printemps
Je plane comme un oiseau dans le ciel
Qui de là-haut voit la terre si belle
Comme Robinson qui a trouvé son île
Qui a trouvé son île
 
Refrain
 
Dis-moi
 
Couplet 1                                                        
Dis-moi
Qu’un jour, on partira
Qu’on laissera tout tomber
Tous les deux, toi et moi
Loin de la société
Dis-moi
Qu’un jour, on plaquera
Les journaux, la télé
Les amis ici –bas
Et les notes à payer
 
Refrain                                                             
Baby,
A ton corps je me lis
Jolis et doux délits
Dans le creux de ton lit
Baby,
A nos rêves en folie
A tes bras je m’allie
Comme un livre je te lis
 
Couplet 2   
 
Dis-moi
Qu’un jour, on avancera
Sans entrave et sans guide
Que jamais l’on aura
Nos deux regards livides
Dis-moi
Qu’un jour, on s’en ira
Fuir la haine des gens
Jaloux, quand ils nous voient
De nos tendres moments
 
Refrain
 
Couplet 3                                                          
Dis-moi
Qu’un jour prochain viendra
Je l’attends plus que tout
Où l’on estompera
Le monde autour de nous
Dis-moi
Qu’un jour, on naviguera
Sur un vaste océan
Où personne n’osera
Aborder nos tourments
 
 Refrain
 
Pas gaie, pas gaie
 
 Couplet 1                                        
 
La seconde où je t’ai croisé
Croisé par hasard
J’m’en souviens, t’étais accoudé
Accoudé au bar
Tu buvais un super cocktail
Cocktail bleu et vert
C’était sur une plage des Seychelles
Seychelles soleil mer
L’été était beaucoup trop court
Trop court cette année
Pour te dire de rester chaque jour
Chaque jour à mes côtés
 
Refrain                                               
 
J’suis pas gai, pas gai
T’es à des milliers de coups de pagaïe
J’suis pas gai, pas gai
Si j’te revois pas, j’deviens fou
J’serais plus jamais gaïe
 
Couplet 2                                  
 
Je voulais faire de toi la flamme
La flamme de ma vie
Aujourd’hui j’ai du vague à l’âme
Vague à l’âme chaque nuit
Tu ne voulais pas d’un amour
Amour égal lien
T’aimais mieux vivre au jour le jour
Jour sans lendemain
J’ai tout fait pour te chasser loin
Loin de ma mémoire
J’arrive pas à mettre le mot « fin »
Fin à notre histoire
 
Refrain                                         
 
Couplet 3                                      
 
Pourtant ici, tout me rappelle
Me rappelle ta présence
Je r’garde les photos des Seychelles
Seychelles loin de France
Je m’fais ton cocktail vert et bleu
Bleu comme la mer
J’mets le slow qui m’a donné tes yeux
Tes yeux de mystère
Sans arrêt je t’imagine
T’imagine avec moi
Et j’ai de plus en plus le spleen
Spleen si loin de toi
 
Refrain
 
Laisse
 
Couplet 1                                                
Plus beau encore
Que le soleil se couchant sur la mer
Face à ton corps
Je vole au vent d’été, au vent d’hiver
Plus homme encore
Que ceux qui peuplaient mes rêv’ries
Je perds le Nord
Dans tes yeux au parfum de paradis
 
Refrain                                      
Laisse le ciel sur nos têtes tomber
Laisse les océans se déchaîner
Laisse l’univers et la terre trembler
Laisse le feu soudain tout dévaster
Pourvu que notre amour
Doux comme du velours
Subsiste au fil des jours
Sans faille et sans détour
Laisse, laisse, laisse...
 
 
Couplet 2                                              
Plus magique encore
Qu’Aladin et sa lampe magnifique
Tu changes le sort
D’une vie de malheur en idyllique
Plus fort encore
Qu’Hercule avec tous ses travaux minables
T’as pas eu tort
De mettre un billet doux dans mon cartable
 
 
Refrain
  
Un bout de moi
 
Couplet 1                             
C’est comme si, soudain, d’un seul coup
Les gens n’étaient que des voyous
Le temps, des nuages sombres et noirs
L’espace, laissé comme un vieux square
 
Je vis au ralenti
Sauvage comme le grizzli
Qui en hibernation
Attend la belle saison
Un seul être vous manque
On l’a dit bien avant
Mais c’est la vérité
Tout est si dépeuplé
 
Refrain                                        
En voyant s’éloigner tes bras
A ne plus entendre ta voix
J’ai laissé un bout de moi
Un bout de mon coeur en émoi (ou avec toi)
 
Couplet 2                           
C’est comme si, soudain, d’un seul coup
Les gens n’étaient plus que des loups
Le temps, comme le tic-tac d’une montre
L’espace, voie sans issue dans c’monde
 
Je remets à demain
Mes projets, mon destin
Jusqu’à ce si beau jour
Où r’viendra mon amour
Celle qui me faisait vivre
Qui me calme ou m’enivre
Et qui va m’emmener
Jusqu’à l’éternité
 
Refrain
  
Bien sûr
 
Couplet 1                                                        
Bien sûr
Des filles comme moi t’en vois des tonnes
Bien sûr
Qu’il y en a plus d’une qui t’étonne
Bien sûr
Que d’ mon amour tu n’en veux pas
Bien sûr
Ni de mon coeur ni de mes bras
 
Refrain                                                
Mais réfléchis encore
A mon triste sort
Je ne suis plus rien
Perdue corps et biens
 
Couplet 2                                                        
Bien sûr
Tu tiens à ton indépendance
Bien sûr
Tu n’es pas si loin de l’enfance
Bien sûr
Je me suis trop imaginée
Bien sûr
Que je vivais un conte de fée
 
Refrain
 
Couplet 3                                                        
Bien sûr
Elle était trop belle cette histoire
Bien sûr
Elle dort au fond de ma mémoire
Bien sûr
Tu peux toujours la réveiller
Bien sûr
Ce n’est qu’un rêve inachevé
 
Refrain
  
Peu m’importe
 
Couplet 1                                                  
Peu m’importe
Le monde et ses malheurs
Le doux parfum des fleurs !
Les bombes et puis les guerres
Verlaine ou bien Baudelaire
Peu m’importe
La pluie et le grand vent
La venue du printemps
Peu m’importe
La froidure de l’hiver
Le soleil qui m’éclaire
 
Je repense aux dernières paroles
Que tu as prononcées
Je repense à tous ces rôles
Que tu m’as joués
 
Refrain                                            
C’est dans ces moments-là
Où tu n’es pas là
Que je me rends compte
A quel point tu comptes
 
Couplet 2                                                   
Peu m’importe
Les fêtes, les faits d’hiver
Les amis ou les frères
Peu m’importe
Le massacre des phoques
 La musique et le rock
Peu m’importe
Ce qui m’ faisait bondir
Ce qui me faisait rire
Peu m’importe
Ce qu’ hier m’importait
Ce qui me transportait
 
Je repense à tes yeux
Où je me suis égaré
A ces deux lagons bleus
Où j’ai soudain plongé
 
Refrain
  
Si tu étais
 
Si tu étais
Un fleuve de larmes
Je me construirais un radeau
Pour remonter le courant de ton drame
Tes idées perdues dans les flots.
 
Si tu étais une île déserte
Je me ferais ton océan
Pour voir ton corps dans les eaux vertes
Se parer de perles d’argent
(ou venir à moi comme un aimant)
 
Si tu étais l’ami du vent,
Je me changerais en feuille morte
Pour te suivre au gré du temps
Et frapper un jour à ta porte.
 
Si tu étais comme maintenant,
Je resterais comme je suis,
Amoureuse pour au moins mille ans,
Ou plus si je suis encore en vie.
 
Mais tu es mon fruit du hasard
L’homme de mes rêves de toujours,
Toi que je bois comme un nectar,
Comme un élixir d’amour.
 
Vivre à deux
 
Couplet 1
Vivre à deux
C'est partager le pain quotidien
Le temps présent et les lendemains
Les bons moments et les soucis
Les coups de cafard et les envies
Vivre à deux
C’est voir dans la même direction
Et chercher plus loin que l’horizon
Tout ce qui ressemble au bonheur
Et tout ce qui fait vibrer nos coeurs
 
 
Refrain                                  
Tout peut s’effondrer autour de nous
Le monde peut s’effacer d’un seul coup
Nous resterons toujours ensemble
Que la terre gronde, que la terre tremble
Tout peut se déchaîner contre nous
Et nous mettre des bâtons dans les roues
Se resserreront davantage
Nos liens tissés au fil des âges
 
Couplet 2                                                   
Vivre à deux
C’est faire d’inévitables concessions
Pour que l’entente règne à la maison
Pour mieux lutter contre tous ces loups
Qui sans cesse rôdent autour de nous
Vivre à deux,
C’est vouloir être trois un beau jour
Pour que survive notre amour
A travers ce miroir, cet enfant
Reflet de nos tendres sentiments
 
Refrain
  
Plus tard
 
Couplet 1                                             
Plus tard, s’ effacera
Ce monde qu’il y a tout autour
On gard’ra
Just’ ce qui ressembl’ à l’amour
Plus tard, on vivra
sans peur qu’il existe un demain
(ou « sans peur du passé, de demain »)
On prendra
Le temps de n’pas rater les trains
 
Refrain                                                 
Plus tard, plus tard
Quand la vie s’habillera de noir
Quand les rêves deviendront cauchemars
Qu’il ne restera que nos regards
Plus tard, oui, plus tard
 
Couplet 2                                             
Plus tard, tu verras
Le mur bâti par nos errances
Croulera
Sous nos pas de deux et de chance
Plus tard, toi et moi
serons coffre fort inviolable
Plage de choix
De plaisir à chaqu’ grain de sable
 
Refrain
 
Couplet 3                                               
Plus tard, s’en ira
Le nuage aux allures de tempête
Qui est là
Bien présent au dessus de nos têtes
Plus tard, on prendra
Les trains dépassant l’horizon
Vers des voies
Nous menant vers les bons wagons
 
Refrain
  
Laisse-moi suivre tes pas
 
Couplet 1                          
Le temps s'égrène comme dans un sablier
Alors j'ai tellement envie de croquer
Croquer la vie à pleines dents
Je voudrais parcourir tous les sentiers
Voir sans arrêt les soleils se lever
De l'Occident jusqu'à l'Orient
 
Mais comment faire si on est seul
et si l'on a pas de boussole
Oh! laisse-moi, laisse-moi, suivre tes pas.
 
Refrain                                              
Ne me dis plus peut-être
Relis toutes mes lettres
J'aimerais tant que l'amour
Me rejoue un bon tour
Et surtout, laisse-moi, laisse-moi, suivre tes pas.
 
Couplet 2                             
Parce que je veux qu'ici bas mon passage
Me transporte dans un fabuleux voyage
Sur cette terre de hasard
J'ai encore le temps de tout découvrir
Le temps de changer mes larmes en sourires
Sans embûches ni coups de cafards
 
Mais comment faire si on est seul
Et si l'on a pas de boussole
Oh! laisse-moi, laisse-moi, suivre tes pas.
 
Refrain      
                                       
Couplet 3                                
Il faut que grâce à ton regard limpide
Tu réussisses à combler le grand vide
De mes demains peu enivrants
Parce que toi seul pourra me faire grandir
Parce que toi seul pourra me faire sortir
D’une vie faite pour passer l’ temps
 
Mais comment faire si on est seul
et si l'on a pas de boussole
Oh! laisse-moi, laisse-moi, suivre tes pas.
 
Refrain
 
La clim’
 
Couplet 1                                            
Tu souffles sur moi
Le chaud et le froid
Tu joues sur ma vie
Selon tes envies
C’est avec ou sans
C’est noir ou c’est blanc
On ne sait jamais
Sur quel pied danser
 
Refrain                                                     
Alors si tu veux
Rester dans mon jeu
Avant qu’on s’abîme
Mets-moi la clim’
Joue-moi tes idées
Sur l’mode tempéré
Pour pas tomber dans l’abîme
Mets-moi la clim’
 
Couplet 2                                         
T’es comme le big bang
Le Inn et le Yang
On te croit ici
T’es déjà parti
Un vrai paradoxe
Pas très orthodoxe
Une fleur du mal
Aux si doux pétales
(ou « une terre de contrast
de stress ou de strass »)
 
Refrain
  
Bien dans ta peau
 
Couplet 1                               
C’est comme si je parlais au soleil
Pour garder mes sens en éveil
Qu’il me baigne de sa douceur
Et qu’il me mène jusqu’au bonheur
 
C’est comme si tous les océans
Mélangeaient tous ces grands moments
Pour en conserver les plus beaux
Pour alléger tous ces fardeaux
 
Refrain                                                          
(Tout ça)
Parce que je suis
(Je suis...)
Bien dans ta peau.
 
Couplet 2                              
C’est comme si toutes les montagnes
Me servaient de mât de cocagne
Où je pourrais vite grimper
Voir un monde enfin apaisé
C’est comme si partout les saisons
Entonnaient toutes à l’unisson
Un air de fête, une rengaine
Où l’amour a chassé la haine.
 
Refrain
 
Couplet 3                                   
C’est comme si la terre entière
Tournant comme aux temps de naguère
Pour emboîter de nouveaux pas
Une autre danse où tu seras
C’est comm’ si plus rien ne comptait
Depuis notre conte de fées
Où j’ai trouvé ma raison d’être
Quand je t’ai vu sous mes fenêtres
 
Refrain
  
Plus le temps
 
Couplet 1                                                    
Plus le temps
De voir les oiseaux se poser
D’entendre les avions décoller
Partir avec eux dans les airs
Pour améliorer l’ordinaire
 
Plus le temps
De lever l’pied, d’ rester au présent
De mordre la vie à pleines dents
De sortir du cercle infernal
D’être hors normes ou bien marginal
 
Refrain                                                 
Non , plus le temps
De prendre son temps
Alors faisons le break
Avant qu’on nous cloue l’bec
Non , plus le temps
De prendre son temps
Alors, oublions les tracas
Et viens danser avec moi
 
Couplet 2                                                    
Plus le temps
De regarder la pluie tomber
De voir le soleil se lever
De sentir le parfum des fleurs
De cueillir des bribes de bonheur
 
Plus le temps
D’admirer la terre sous nous pieds
De scruter le ciel étoilé
De discuter avec les gens
De prendre un p’tit peu de bon temps
 
Refrain
  
La peine d’amour
 
Couplet 1                                         
A force de te voir toujours
Et de t’espérer nuit et jour
Même si tu es loin de mes doigts
A guetter le moindre signe de toi
A force de tourner en rond
Dans mes errances, mes prisons
De fuir le soleil, les envies
De me réfugier dans l’ennui
 
Refrain                              
Je savais pourtant qu’avec toi, je risquais...
La peine d’amour
Qui donc pourra abolir
La peine d’amour ?
 
Couplet 2                                        
A force de me faire du mal
A chercher mon double idéal
Qui m’a laissé seul en exil
Comme un naufragé sur son île.
A force de ne plus écouter
La mélodie de tes sentiers
Accompagnée par tes soupirs
Tes murmures et tes délires
 
Refrain
 
Couplet 3                                
A force de hanter tous mes rêves
D’être isolée sur la grève
Comme s’il manquait un bout de moi
Dans mes chemins sinistres et froids.
A force d’ouvrir toutes les portes,
Courir après des ombres mortes
De regarder les trains partir
Ceux qui menaient à ton sourire.
 
Refrain
  
Partager cet article
Repost0
4 avril 2006 2 04 /04 /avril /2006 16:28
Bien sûr
 
Bien sûr
Des gars comme moi t’en vois des tonnes
Bien sûr
Qu’il y en a plus d’un qui t’étonne
Bien sûr
Que de mon amour tu n’en veux pas
Bien sûr
Ni de mon coeur ni de mes bras
 
Refrain                                                
 
Mais réfléchis encore
A mon triste sort
Je ne suis plus rien
Perdu corps et biens
 
Bien sûr
Tu tiens à ton indépendance
Bien sûr
Tu n’es pas si loin de l’enfance
Bien sûr
Je me suis trop imaginé
Bien sûr
Que je vivais un conte de fée
 
Mais réfléchis encore
A mon triste sort
Je ne suis plus rien
Perdu corps et biens
 
Bien sûr
Elle était trop belle cette histoire
Bien sûr
Elle dort au fond de ma mémoire
Bien sûr
Tu peux toujours la réveiller
Bien sûr
Ce n’est qu’un rêve inachevé
 
Mais réfléchis encore
A mon triste sort
Je ne suis plus rien
Perdu corps et biens
 
Peu m’importe
 
Peu m’importe
Le monde et ses malheurs
Le doux parfum des fleurs !
Les bombes et puis les guerres
Verlaine ou bien Baudelaire
Peu m’importe
La pluie et le grand vent
La venue du printemps
Peu m’importe
La froidure de l’hiver
Le soleil qui m’éclaire
 
Je repense aux dernières paroles
Que tu as prononcées
Je repense à tous ces rôles
Que tu m’as joués
C’est dans ces moments-là
Où tu n’es pas là
Que je me rends compte
A quel point tu comptes
 
Peu m’importe
Les fêtes, les faits d’hiver
Les amis ou les frères
Peu m’importe
Le massacre des phoques
La musique et le rock
Peu m’importe
Ce qui m’ faisait bondir
Ce qui me faisait rire
Peu m’importe
Ce qu’ hier m’importait
Ce qui me transportait
 
Je repense à tes yeux
Où je me suis égaré
A ces deux lagons bleus
Où j’ai soudain plongé
C’est dans ces moments-là
Où tu n’es pas là
Que je me rends compte
A quel point tu comptes
 
Si tu étais
 
Si tu étais
Un fleuve de larmes
Je me construirais un radeau
Pour remonter le courant de ton drame
Tes idées perdues dans les flots.
 
Si tu étais une île déserte
Je me ferais ton océan
Pour voir ton corps dans les eaux vertes
Se parer de perles d’argent
(ou venir à moi comme un aimant)
 
Refrain
 
Si tu étais l’ami du vent,
Je me changerais en feuille morte
Pour te suivre au gré du temps
Et frapper un jour à ta porte.
 
Si tu étais comme maintenant,
Je resterais comme je suis,
Amoureux pour au moins mille ans,
Ou plus si je suis encore en vie.
 
Refrain
 
Mais tu es mon fruit du hasard
La femme de mes rêves de toujours,
Toi que je bois comme un nectar,
Comme un élixir d’amour.
 
Refrain
 
Vivre à deux
 
Vivre à deux
C’est partager le pain quotidien
Le temps présent et les lendemains
Les bons moments et les soucis
Les coups de cafard et les envies
 
Vivre à deux
C’est voir dans la même direction
Et chercher plus loin que l’horizon
Tout ce qui ressemble au bonheur
Et tout ce qui fait vibrer nos cœurs
 
Refrain                                    
 
Tout peut s’effondrer autour de nous
Le monde peut s’effacer d’un seul coup
Nous resterons toujours ensemble
Que la terre gronde, que la terre tremble
 
Tout peut se déchaîner contre nous
Et nous mettre des bâtons dans les roues
Resserrera encore davantage
Nos liens tissés au fil des âges
 
Vivre à deux
C’est faire d’inévitables concessions
Pour que l’entente règne à la maison
Pour mieux lutter contre tous ces loups
Qui sans cesse rôdent autour de nous
 
Vivre à deux,
C’est vouloir être trois un beau jour
Pour que survive notre amour
A travers ce miroir, cet enfant
Reflet de nos tendres sentiments
 
Plus tard
 
Plus tard, s’ effacera
Ce monde qu’il y a tout autour
On gard’ra
Just’ ce qui ressembl’ à l’amour
 
Plus tard, on vivra
sans peur qu’il existe un demain
(ou « sans peur du passé, de demain »)
On prendra
Le temps de n’pas rater les trains
 
Refrain                                                   
 
Plus tard, plus tard
Quand la vie s’habillera de noir
Quand les rêves deviendront cauchemars
Qu’il ne restera que nos regards
Plus tard, oui, plus tard
 
Plus tard, tu verras
Le mur bâti par nos errances
Croulera
Sous nos pas de deux et de chance
 
Plus tard, toi et moi
serons coffre fort inviolable
Plage de choix
De plaisir à chaqu’ grain de sable
 
Refrain
 
Plus tard, s’en ira
Le nuage aux allures de tempête
Qui est là
Bien présent au dessus de nos têtes
 
Plus tard, on prendra
Les trains dépassant l’horizon
Vers des voies
Nous menant vers les bons wagons
 
Refrain
 
Laisse-moi suivre tes pas
 
Le temps s'égrène comme dans un sablier
Alors j'ai tellement envie de croquer
croquer la vie, à pleines dents
Je voudrais parcourir tous les sentiers
voir sans arrêt les soleils se lever
de l'Occident, jusqu'à l'Orient
 
Mais comment faire si on est seul
et si l'on a pas de boussole
Oh! laisse-moi, laisse-moi, suivre tes pas.
 
Refrain
 
Ne me dis plus peut-être
Relis toutes mes lettres
J'aimerais tant que l'amour
Me rejoue un bon tour
Et surtout, laisse-moi, laisse-moi, suivre tes pas.
 
Parce que je veux qu'ici bas mon passage
Me transporte dans un fabuleux voyage
Sur cette terre de hasard
J'ai encore le temps de tout découvrir
Le temps de changer mes larmes en sourires
Sans embûches ni coups de cafards
 
Mais comment faire si on est seul
Et si l'on a pas de boussole
Oh! laisse-moi, laisse-moi, suivre tes pas.
 
Ne me dis plus peut-être
Relis toutes mes lettres
J'aimerais tant que l'amour
Me rejoue un bon tour
Et surtout, laisse-moi, laisse-moi, suivre tes pas.
 
Il faut que grâce à ton regard limpide
Tu réussisses à combler le grand vide
De mes demains peu enivrants
Parce que toi seul pourra me faire grandir
Parce que toi seul pourra me faire sortir
D’une vie faite pour passer l’ temps
 
Refrain
 
La clim’
 
Tu souffles sur moi
Le chaud et le froid
Tu joues sur ma vie
Selon tes envies
C’est avec ou sans
C’est noir ou c’est blanc
On ne sait jamais
Sur quel pied danser
 
Refrain                                                  
 
Alors si tu veux
Rester dans mon jeu
Avant qu’on s’abîme
Mets-moi la clim’
Joue-moi tes idées
Sur l’mode tempéré
Pour pas tomber dans l’abîme
Mets-moi la clim’
 
T’es comme le big bang
Le Inn et le Yang
On te croit ici
T’es déjà parti(e)
Un vrai paradoxe
Pas très orthodoxe
Une fleur du mal
Aux si doux pétales
(ou « une terre de contraste
de stress ou de strass »)
 
Refrain
 
Bien dans ta peau
 
C’est comme si je parlais au soleil
Pour garder mes sens en éveil
Qu’il me baigne de sa douceur
Et qu’il me mène jusqu’au bonheur
 
C’est comme si tous les océans
Mélangeaient tous ces grands moments
Pour en conserver les plus beaux
Pour alléger tous ces fardeaux
 
(Tout ça)
Parce que je suis
(Je suis...)
Bien dans ta peau
 
C’est comme si toutes les montagnes
Me servaient de mât de cocagne
Où je pourrais vite grimper
Voir un monde enfin apaisé
C’est comme si partout les saisons
Entonnaient toutes à l’unisson
Un air de fête, une rengaine
Où l’amour a chassé la haine.
 
(Tout ça)
Parce que je suis
(Je suis...)
Bien dans ta peau
 
C’est comme si la terre entière
Tournant comme aux temps de naguère
Pour emboîter de nouveaux pas
Une autre danse où tu seras
C’est comm’ si plus rien ne comptait
Depuis notre conte de fées
Où j’ai trouvé ma raison d’être
Quand je t’ai vu sous mes fenêtres
 
(Tout ça)
Parce que je suis
(Je suis...)
Bien dans ta peau
 
Plus le temps
 
Plus le temps
De voir les oiseaux se poser
D’entendre les avions décoller
Partir avec eux dans les airs
Pour améliorer l’ordinaire
 
Plus le temps
De lever l’pied, d’ rester au présent
De mordre la vie à pleines dents
De sortir du cercle infernal
D’être hors normes ou bien marginal
 
Refrain                                                 
 
Non, plus le temps
De prendre son temps
Alors faisons le break
Avant qu’on nous cloue l’bec
Non , plus le temps
De prendre son temps
Alors, oublions les tracas
Et viens danser avec moi
 
Plus le temps
De regarder la pluie tomber
De voir le soleil se lever
De sentir le parfum des fleurs
De cueillir des bribes de bonheur
 
Plus le temps
D’admirer la terre sous nous pieds
De scruter le ciel étoilé
De discuter avec les gens
De prendre un p’tit peu de bon temps
 
Refrain
 
Seul contre tous (musique faite)
 
Nous sommes sur le même bateau
Pour le meilleur et pour le pire
On a eu des bas et des hauts
Jonchés de larmes et de sourires
Mais il faut bien quelques tempêtes
Pour animer la traversée
Dans une mer toujours inerte
On se lasse de continuer
 
Refrain                                  
 
Puisque personne ne nous comprend
Dans notre occident
Puisque l’bonheur fait des jaloux
On s’en fout
On restera seul
Seul contre tous
Notre amour seul
Seul contre tous
 
Nous sommes échoués sur une île
Encerclés de vagues en furie
L’eau, c’est le regard des hommes vils
Qui nous assaillent jour et nuit
Ce p’tit bout de terre isolée
C’est nous, nos idées, nos amours
Inlassablement érodées
Par l’océan qui nous entoure
 
Refrain
 
Nous sommes dans un si grand désert
Désert de nobl’ sentiments
Avec des amis de naguère
Egrenés comme du sable blanc
C’est comme dans un trop long tunnel
Si sombre pour ceux du dehors
Où je peux te voir, tell’ment belle
Et sûrement même après la mort
 
Refrain
 
La peine d’amour
 
A force de te voir toujours
Et de t’espérer nuit et jour
Même si tu es loin de mes doigts
A guetter le moindre signe de toi
A force de tourner en rond
Dans mes errances, mes prisons
De fuir le soleil, les envies
De me réfugier dans l’ennui
 
Je savais pourtant qu’avec toi, je risquais...
La peine d’amour
Qui donc pourra abolir
La peine d’amour 
 
A force de me faire du mal
A chercher mon double idéal
Qui m’a laissé seul en exil
Comme un naufragé sur son île.
A force de ne plus écouter
La mélodie de tes colliers
Accompagnée par tes soupirs
Tes murmures et tes délires
 
Je savais pourtant qu’avec toi, je risquais...
La peine d’amour
Qui donc pourra abolir
La peine d’amour ?
 
A force de hanter tous mes rêves
D’être isolé sur la grève
Comme s’il manquait un bout de moi
Dans mes chemins sinistres et froids.
A force d’ouvrir toutes les portes,
Courir après des ombres mortes
De regarder les trains partir
Ceux qui menaient à ton sourire.
 
Je savais pourtant qu’avec toi, je risquais...
La peine d’amour
Qui donc pourra abolir
La peine d’amour ?
 
Mon extraterrestre
 
Quand tu as soudain atterri
Dans le grand terrain de ma vie
Venue comme une belle comète
D’un autre monde, d’une autr’ planète
J’ai ressenti à ce moment
Que rien ne serait comme avant.
L’horizon, à mon portail hier
Pas plus loin que ces murs de pierre,
Mais tout s’éclaire à présent
Emportés, les peines, les tourments.
 
Refrain                                                 
 
Parce qu’aujourd’hui
T’es arrivé en pleine lumière
Dans mon univers,
T’es mon extraterrestre,
C’est extra, tu restes !
 
T’as laissé tes valises, tes traces,
Comme si tu débarquais de Mars,
C ’était en plein cœur de Juillet,
En plein coeur de ce bel été
Que tu t’es pris dans mon aura
Entre mon corps entre mes doigts
C’est c’qui pouvait m’arriver d’mieux
Croiser le regard de tes feux.
T’as laissé ton vaisseau spatial
Partir vers d’autres conquêtes astrales
 
Refrain                                                 
 
Parce qu’aujourd’hui
T’es arrivé en pleine lumière
Dans mon univers,
T’es mon extraterrestre,
C’est extra, tu restes !
 
Plaidoyer d’amour culinaire
 
Refrain                                      
 
Ecoutez mon plaidoyer d’amour
Culinaire et désespéré
Mélange salé-sucré, toujours
Que j’aimerais pouvoir déguster.
 
J’aurais dû mettre tous tes potes au feu
Pour ne plus rester la bonne poire
Pour que tu puisses plonger dans mes yeux
Embrouillés par trop de désespoir.
Et à force de noyer le poisson
J’en ai gros sur la patate, c’est vrai
Je sais bien que c’est pas tes oignons
Mais fais moi rev’nir dans tes filets
 
Refrain
 
Je suis comme le citron, tellement pressé
Pressé de plus marcher à r’culons
Comme le crabe, qui prend la vie d’ travers.
J’ai envie que tu me donnes un bol d’air.
Pour toi, j’aurais pû faire le jeûn fort
Avant qu’on m’dise, en m’voyant partir
De la maison, qu’un vieillard en sort,
Réponds à mes avances d’ un sourire.
 
Refrain
 
C’est sûr qu’il y a du pain sur la planche
Avant que tu m’ouvres enfin tes bras
Avant d’arriver jusqu’à tes hanches
Que j’chasse les lapins posés par toi.
Quand j’aurais trouvé la bonne recette
On ouvrira , une bonne bouteille, sûr,
Maintenant, j’suis encore à la diète
Mais pas pour longtemps, ça, j’vous l’assure.
Ecoutez mon plaidoyer d’amour
Culinaire et désespéré
Mélange salé sucré, toujours
Que j’aimerais un jour déguster.
 
Standing ovation
 
Pour son regard où je me perds
Faisant vaciller mes repères
En m’indiquant la marche à suivre
Dans ce bleu reine où je m’enivre.
Et pour son corps que je respire
De ses senteurs, de ses soupirs
Et comme l’océan insatiable
Retrouvant une mer de sable.
 
Refrain                                                 
 
Standing ovation
Pour celle qui éloigne toujours mes orages
Qui change en réalité les mirages
Standing ovation
Pour ce soleil que je n’attendais plus
Dans toutes mes errances, mes voies sans issue
 
 
Pour ses faux airs de vraie princesse
Entre patt’ de velours et tigresse
(ou « patt’ de velours, griffes de tigresse »)
Je suis arrivé dans sa cour
Espérant y rester toujours.
Pour tout ce que je sais pas d’elle
Ce mystère douceur caramel
Pour toutes ses îles à explorer
Où il me tarde d’accoster.
 
Refrain
 
Pour ses pièges qu’elle m’a fait franchir
Ses murs qu’elles m’a fait démolir
Le passé devenant soudain
Un tunnel lugubre et lointain
Pour toutes ses choses, ces petits riens
Qu’ ont éclairé mes lendemains
J’ai du me faire tant de jaloux
Et je voulais te dire surtout…
 
Refrain
 
Les petits riens qui font les « grands-beaucoup »
 
Elle a mis dans mes ténèbres si déprimants
Des sunlights aveuglants
Et changé tous mes silences isolés
En musique saturée
Elle a fait la révision d’mes cinq sens
Remis un peu d’essence.
A posé plus d’un atour dans son sac
M’évitant les culs d’sac.
 
Refrain                                        
 
Enfin elle a tous ces petits riens
Qui font les « grands beaucoup »
Paradoxe parce que demain
Sans elle vaut pas un clou.
 
Je savais que je la trouv’rais, ma merveille,
Que l’ennui porte conseil
Mon existence ne tenait qu’à un fil,
Si fin et si fragile,
Mais en magasin, au rayon coup d’foudre,
J’ai vu « machine à coudre ».
Fini, les nuits à mourir au jour le jour,
Enfin arrive l’amour.
Refrain
Enfin elle a tous ces petits riens
Qui font les « grands beaucoup »
Paradoxe parce que demain
Sans elle vaut pas un clou.
 
Pas superficielle
 
Les barbies, ça, elle en a rien à faire
Celles qui ont du chewing-gum dans la cervelle
Vivre en play back, c’est pas ce qu’elle préfère
Non, plutôt voler de ses propres ailes.
 
Elle s’allonge pas sur les divans des psys
Quand elle va surfer sur son vague à l’âme
Va pas s’shooter à la coke, au pepsi,
Elle s’en sortira toujours en grand’ dame.
 
Refrain                                       
 
Elle marche pas au super...ficiel
Ce trésor pas très or...dinaire.
Je voudrais qu’elle tire les ficelles
De ma vie car sans elle, j’ai les nerfs.
Sans cette fille pas super...ficielle.
 
Car elle est entière, ma future moitié
Elle n’a pas la langue dans sa poche surtout
Quand elle m’envoie « smack !»un torride baiser
Comme un passeport pour me dire « On va où ? »
 
Et puis n’en déplaise à ceux qui l’entourent
Car, ce qu’elle pense bien ou mal, elle le dit
Naviguant entre la haine et l’amour
Dans les lacs ou les torrents de la vie
 
Refrain
 
Oui, elle a de l’énergie à revendre,
Et dans son coeur, y faudrait que j’me case,
Pourvu qu’il y ait toujours une place à prendre,
Y faudrait surtout pas que je rate l’occas’.
 
Refrain
 
L’être cher
 
Y a des phrases qui se perdent
Dans le vide
Des sourires qui s’éteignent
C’est le bide
Fallait pourtant trouver
L’mode d’emploi
Te mettre sur mes carnets
Sous mon toit
 
Refrain                                             
 
Quand vas-tu comprendre
Que de toi je suis épris
Que pour moi tu n’as pas de prix
Quand vas-tu comprendre
Que de toi je suis épris
Que j’ai rencontré l’être cher
En os et en chair
Oui, l’être cher...
 
Comment stopper l’moteur
Qui sans arrêt
Tourne espérant l’bonheur
A jamais
Y a des matins ténèbres
Des cachots
Où j’espèrais tes lèvres
Fruits au sirop
 
Sexes opposés (musique faite)
 
Tu dis « C’est pile », et moi « C’est face »
Rien dans mon jeu, toi poker d’as
L’un au zénith, l’autre au tapis
Ca dure pas des jours et des nuits !
Le temps serait si déprimant
S’il n’y avait pas un peu d’piment
Tout n’est pas doux comme le velours.
Et tout ça, ça fabrique de l’amour
 
Refrain                                                  
 
C’est ça l’attirance
Des sexes opposés
Réunis dans les divergences
Construisant des liens serrés.
C’est ça l’attirance
Des sexes opposés
Apaisés par les différences
Qu’on se plaît à effacer.
 
 
Tu dis « On reste », et moi «On sort »
Tu gagn’ le Sud, et j’perds le Nord
T’es en retard et moi à l’heure
Et tu souris quand moi je pleure.
La vie serait bien monotone
S’il n’y avait plus rien qui étonne.
Tout n’est pas sucré comme du miel
Faut bien d’temps en temps un peu de sel.
 
Refrain
 
C’était demain
 
Tu mettras tes plus beaux atours
Dès les premières lueurs du jour.
La pluie lavera tous nos ennuis
Le froid gèlera nos soucis
On fera de tous nos problèmes
Un tremplin vers des stratagèmes
Qui attiseront nos caresses
Fait de douceur et de tendresse.
Ce sera trop beau
Pour être vrai
Ce sera trop beau
Parce qu’en effet...
 
Refrain                                                      
 
C’était demain
Avant que t’écrives le mot fin
A notre histoire
C’était demain
Avant qu’tu mettes sur mon destin
Un coup d’poignard
C’était si bien...
...Mais c’était demain .
 
Plus rien ne pourra compter
Plus rien ne pourra exister
A part notre amour éternel
Qu’on suivra de la terre au ciel.
On s’ra entouré de lagons
Tels des miroirs,(ils)nous renverront
L’image du parfait bonheur
Un monde parsemé de fleurs.
 
Refrain
 
La vie s’écoule (musique faite)
 
Enivré par tes silences
Ou tes mots toujours là
Apaisé par ta présence 
Et la trace de tes pas
Bercé par toutes tes envies
par tes sentiers 
Eloignés les jours de pluie
Avec toi place au soleil d’été
 
Refrain                                                    
 
Cool…cool
Avec toi la vie s’écoule
Paisiblement
Avec toi la vie s’écoule
Coo… oo.. ool !
Avec toi la vie s’écoule
Paisiblement (ou « Tranquillement »)
 
Envolées vers d’autres chemins
Mes vies trop banales
Déraillé l’train-train quotidien
La routine fait trop de mal
Ballotté dans tes regards
Peignant l’horizon
Changées toutes mes heur’ noires
Dans ta palette aux couleurs « lagon »
 
Refrain                                                      
 
Cool…cool
Avec toi la vie s’écoule
Paisiblement
Avec toi la vie s’écoule ( ou « Oui la vie c’est cool, s’écoule »)
Coo… oo.. ooll !
Avec toi la vie s’écoule
Paisiblement (ou « Tranquillement »)
 
Comme un fleuve loin de tous ses torrents
Prêt à plonger dans tes océans
 
…etc…
 
 
Partager cet article
Repost0
4 avril 2006 2 04 /04 /avril /2006 16:26
Monde entier mort
 
Y a des villes bidon
Et des bidon villes
Y a du beau ghotta
A Bogota
Où de beaux gâteux
Mangent de bons gâteaux
Y a à  London
Des risques de l’Ira
Alors on ira même pas
A London Derry
 
Refrain                                                    
 
Alors si tu m’dis
Qu’on n’a pas de ronds
J’te fais la tête au carré
J’te sors l’49 –3
Ou l’22 long rifle
Pour qu’après tu vois
L’monde entier comme
Canal+ sans décodeur
Attention : monde entier mort
Mon dentier mord !
 
A Ceylan en Chine
Ici et là, pauvre thé (ici est la pauvreté)
A Manille, manie
De fouiller dans les ordures
S’en mettant plein les fouilles
Bombes et grenades
Et Bombay, Grenade
De nouveaux délits
A New Delhi
 
Refrain
 
Larmes à Beyrouth
L’armée en déroute
Manque de fric
En Afrique
A Bucarest
Des abus qui restent
Renversée dictature
Versée sur le mur
D’la poudre de Berlin
De Berlin-Pinpin                      
 
Refrain
 
Dans un mois et un jour
 
Dans tous les coins, c’est la torture,
Un remède pour les dictateurs
A cause de cette poignée d’ordures
Le monde vit dans la terreur
Des innocents avouent des crimes
Qu’ils n’ont même pas imaginés
Les coupables montent jusqu’aux cîmes
De leurs folies, de leurs idées
 
Refrain                                      
 
Heureusement, c’est une chance
Il y aura une collecte pendant un mois
Mais il y aura l’indifférence
Dans un jour et puis un mois
 
La terre a bougé au Mexique
Des morts par centaines, par milliers
Aussitôt règne la panique
Dans les plaintes, les cris des blessés
Pourquoi voit-on des cataclysmes
S ‘abattre sur des pays meurtris
Par la misère ou l ‘égoïsme
D’hommes qui ne pensent qu’à leur vie
 
Refrain
 
La famine a sévi en Afrique
Des enfants gros comme des moineaux
Meurent faute de pains, d’antibiotiques
Devant nos ventres riches et gros
Grâce à la télé, aux médias,
Qui sont là pour nous déranger
On sait que la vie s’arrête pas
A notre simple porte de palier
 
Refrain
 
Un enfant traversait la route
Gai, heureux d’aller à l’école
Un chauffard ivre sans doute
Le percuta dans un bruit de tôle
Le gamin tué sur le coup
N’a pas vu la mort arriver
Le sang qui coule sur sa joue
Alimente les ragots, l’égout du quartier
Refrain
 
Quand on ne pourra plus
 
Quand on ne pourra plus se baigner dans la mer
Sans choper le scorbut, la tub’ ou le cancer
Parce qu’il y a trop de marée
Celle des pétroliers
Celles des usines chimiques
Des centrales atomiques
 
Refrain                                            
 
Alors, il sera trop tard
Pour renverser le cours de l’histoire
Une histoire qui a mal tourné
Celle de l’humanité
 
Quand on ne pourra plus respirer le bon air
Ni sortir dans la rue comme on faisait naguère
Parce qu’il y a trop de voitures
Qui polluent ou t’écrasent
Même l’oncle Tom, j’en suis sûr
N’osera quitter sa case
 
Refrain
 
Quand on ne pourra plus se parler, s ‘écouter
Mais que dire de plus devant l’adversité
Parce que ce sera bientôt
La loi de la jungle partout
Et chacun pour sa peau
Que du malheur chez nous !
 
Refrain
 
Lorsque les grands redeviendront enfants
 
Y a ces enfants qu’on bat
Ou qui vont au combat
Ceux qui crèvent de faim
Et qui attendent la fin
Y a ces gosses qui volent
Pour trois gouttes de colle
Et puis ceux que l’on viole
Sur le chemin de l’école
 
Refrain                                               
 
C’est la triste réalité
La triste injustice
La toile qu’une araignée
Au dessus du monde tisse
 
 Y a ces gamins si bien
Qu’ils n’en savent rien
Ceux qui cassent leurs landaus
Pour en avoir d’nouveaux
Y a ces mioches qui connaissent
Le golfe et puis la messe
Ceux qui sont habillés
Juste pour décorer
 
(ou « Y a ces mioches qui connaissent
 le golfe et les étrennes
habillés comme des reines
en dimanche toute la semaine »)
 
Refrain 
 
Mais quand donc les enfants
Pourront devenir grands
De la même façon
Partout à l’unisson
A quand moins de peine
Plus de chaleur humaine
Sûrement lorsque les grands
Redeviendront enfants
 
Refrain
 
A mort les fachos
 
A ceux qui croient tout connaître d’un pays
En y allant quinze jours en vacances
Où sur les plages d’Espagne ou d’Italie
Paraît qu’le sable est moins bon qu’en France
A ceux qui sont toujours jaloux des autre
Mais qui ne le montrent jamais par devant
Et qui soudain vous claqueront la porte
Pour ne pas vous faire paraître plus grand
 
Refrain                                    
 
J’ai pas peur de crier bien haut
A mort ! A mort les fachos !
J’ai pas peur de couvrir d’injures
Ceux qui, ceux qui me torturent
 
A ceux qui croient respecter la famille
En fleurissant les tombes des défunts
Et moulent leurs garçons, leurs filles
Comme un calque façonné de leurs mains
A ceux qui veulent transformer leur enfant
En la star qu’ils n’ont jamais été
Qui pour ça iraient voir le Président
Ou même Dieu dans le ciel étoilé
 
Refrain
 
A ceux qui sont non-racistes soit-disant
Parce qu’ils mangent du couscous, des pizzas
Parce qu’ils sont devenus moins blancs
D’une croisière vers la Costa Brava
C’est vrai qu’vous allez me dire à coup sûr
Que j’exagère, que j’ai trop de haine
C’est bien sûr une caricature
Mais puisée dans la vie quotidienne !
 
Refrain
 
A ceux qui
 
A ceux qui prennent les peaux de léopards
Pour en faire des porte-clés
 A ceux qui font du trafic d’armes
Pas qu’pour tuer le temps
A ceux qui font de la mer en août
Une vraie cuve à mazout
A ceux qui prennent la terre unique
Pour une décharge publique
A ceux qui soignent leurs propres gosses
Avec des coups de crosse
 
Refrain                                    
 
Je dis « Gardez tout ça pour vous
Votre connerie et tout et tout
Pour ne pas contaminer
Les braves gens du monde entier
Je vous mets en quarantaine
Les sept jours de la semaine
Vous condamne à perpétuité
Jusqu’à qu’vous soyez tous crevés »
 
A ceux qui ramassent de l’argent
Comme unique stimulant
A ceux qui attendent de leur enfant
Une réplique de leur temps
A ceux qui connaissent l’Italie
Parce qu’ils mangent des spaghettis
A ceux qui parlent de la terre
Sans franchir une frontière
A ceux qui me gonflent toute la journée
Jusqu’à me faire exploser
 
Refrain
 
Il danse avec le char
 
Parce qu’il veut la liberté
Et un peu plus d’humanité
Le droit de rêver un petit peu
Ou de lire les livres qu’il veut
 
Il danse avec le char
 
Parce qu’il a du mal à comprendre
Qu’il lui est impossible d’apprendre
Autre chose que ce qu’on lui dit
Parce qu’il veut juste vivre sa vie
 
Il danse avec le char
 
Parce qu’il voudrait tant démêler
Ce casse-tête chinois embrouillé
Au centre de la place Tien-An Men
Aujourd’hui changé en arène
 
Il danse avec le char
 
Il a l’air d’un toréador
Mais c’est lui qui est mis à mort
L’élève qui donne une leçon
A ses maîtres gardiens de prison
 
Il danse avec le char
 
C’est un geste inconsidéré
Ce pas de deux improvisé
Pour moi, ce fut un grand moment
De l’Orient vers l’Occident
 
Il danse avec le char
 
Il était vraiment le plus fort
Dans ce défi de vie, de mort
Il avait tant et tant de grâce
Cette homme face à cette masse
 
Il danse avec le char
 
La camisole
 
Cocaïne
Héroïne
Ou bien pétard
Dans un sombre couloir
Faux amis
L’exctasy
Avec elle
Même pas l’extase belle.
 
Refrain                             
 
Quand t’en prends
T’as comme une camisole
Plus question de bouger
De voir le soleil se lever
Tu te retrouveras bien seul
Parce que la came...isole.
 
Un p’tit juin
Un soir de juin
Avec LSD
T’es sûr DCD
Même pas capable
De dire l’heure
Faute au dealer
 
Refrain
 
Gaspillage
 
Avec les pierres malsaines
Du mur de Berlin
Lézardé par trop de haine
De principes et de temps assassins
Construire aux sans-abris des maisons
A ceux qui vivent sur les trottoirs
Sans espoir et sans raison
A ceux qui ne sortent pas du noir
 
Refrain                                            
 
Gaspillage, gaspillage
C’est le mal d’aujourd’hui
Gaspillage, gaspillage
C’est lui qui tue la vie
 
Avec les mots de sang
De violence et de guerre
Eparpillés à tous les vents
A toutes les misères
Faire des phrases d’amour
De bonheur et de paix
Pour qu’enfin règne sur terre
Le calme et la sérénité
 
Refrain
 
Avec les milliards dépensés
Pour une statue en fer
Qu’il fallait rénover
Parcourir la terre
Et donner les moyens
A ceux qui n’en ont pas
De manger à leur faim
Sortir de l’embarras
 
Refrain
 
Chacun pour sa peau
 
Qu’un dictateur fasse les quatre cents coups
Reste à vie en place
Tout le monde s’en fout
S’il a le malheur
De d’mander asile
Chez nous c’est l’horreur
Et on s’fait d’la bile
Chacun s’met alors...A crier bien haut
Assassin, A mort...A mort le facho
Pas de ça ici
Fous le camp hors de France
Personne n’a ainsi ...Mauvaise conscience
 
Refrain                                          
 
Tous pour un, un pour tous      
Par devant                                                  
Chacun pour sa peau                 
Par derrière
Telle est la dure loi
D’aujourd’hui
 
Que des enfants meurent
Dedans la télé
Alors tout le monde pleure
Surtout au dîner
On s’met à donner
A tort à travers
Pour des sociétés
Même imaginaires
Mais si un clodo...S’traîne dans l’escalier
On va aussitôt...Prévenir les pompiers
C’est pas qu’ça dérange
Mais faut pas pousser
Pour une simple orange
Ainsi s’comporter
 
Refrain
 
Que toutes les minettes
Portent des fourrures
Personne ne s’inquiète
Ca, je vous l’assure
Voyant par hasard
L’émission d’télé
Parlant d’léopards
Et d’phoques massacrés
Chacun crie « assez »
Plus d’chasses maléfiques
Sans pour autant porter
D’fourrures acryliques
Alors on écrit ...A la SPA
Finis les soucis...Finis les tracas    
 
Refrain
 
S’il y a quelqu’un là-haut
 
S’il y a quelqu’un là-haut
Qu’il m’explique pourquoi
Il n’y a plus d’oiseaux
Qui nichent sous les toits
Et pour un animal
Qu’on voit dans les zoos
Y en a cent dans des malles
Qui meurent sur des cargos
 
S’il y a quelqu’un là-haut
Qu’il m’explique pourquoi
Pourquoi y a des enfants
Aux quatre coins de la terre
Qui n’ont plus de parents
Et vivent dans la misère
Et des endroits sans eau
Sans vie et puis sans joie
 
S’il y a quelqu’un là-haut
Qu’il m’explique pourquoi
Pourquoi y a t-il des armes
Qui fabriquent des larmes
Sur la planète entière
« Les hommes libres et égaux »
ne fait plus force de loi
 
S’il y a quelqu’un là-haut
Qu’il m’explique pourquoi...
 
Alcoolo ou toxico
 
A force de r’garder à la télé
Des avions dans l’ciel se s’cracher
Voir pavaner les terroristes
A quand serais-je sûr la liste ?
A force de s’baigner dans l’mazout
D’bouchonner les week-ends du mois d’août
D’être impuissant face à la misère
Qui sévit sur cette vilaine jeune terre
 
Refrain                                        
 
Qui donc va pouvoir me dire
Comment faire pour pas finir
Alcoolo ou toxico ! ?
 
A force de croiser des tonnes de gens
 Jaloux, insipides et arrogants
De subir toute cette société
Où les poètes peuvent aller en récré
A force de voir tous ces enfants
Travailler sans attendre d’être grands
Pour essayer d’manger un p’tit peu
Dans un monde qui n’est pas fait pour eux
 
Refrain
 
Différences
 
Regarde cet homme si grand
Que sa tête touche le ciel
Comme ça, il sait avant
S’il pleut, s’il fait soleil
 
Regarde cet homme si fragile
Qu’il reste toujours assis
Comme ça, prêt de lui, tranquille
Tout le jour, j’écoute ce qu’il dit
(ou « tout le jour je me blottis »)
 
Refrain                                                      
 
Différences
Quelle chance
Mais, il faut en avoir conscience
Pour entrer dans la danse
 
Regarde cet homme si noir
Qu’il disparaît dans la nuit
Comme ça, lorsque vient le soir,
Il fait tout ce qu’il a envie
 
Regarde ce monde qui m’étonne
Où les gens sont si différents
Pour que soit moins monotone
La vie des petits et des grands
 
Refrain
 
A la benne...Laden
 
Derrière tes yeux invisibles
T’étais un insecte nuisible
Tu ne voyais le monde autour
Qu’à travers ta meurtrière
A vivre sans eau fraîche, sans amour,
Tu rêvassais de meurtres, hier.
 
Et t’es sortie du tunnel
Juste accrochée cette idée
Qu’les ordures finissent tous à la benne...
Laden
 
Derrière tes yeux invisibles
T’étais un insecte nuisible
Tu étais peut-être très belle
Et tu voulais tant te montrer
Et voler de tes propres ailes
Mais tu étais de l’autre côté
 
Et t’es sortie du tunnel
Juste accrochée à cette idée
Qu’les ordures finissent tous à la benne...
Laden
 
Derrière tes yeux invisibles
T’étais un insecte nuisible
Tu enviais la belle hirondelle
Qui se promène au gré du vent
Qui va chercher de chauds soleils
Et des cieux bien plus cléments
 
Juste accrochée à cette idée
Qu’les ordures finissent tous à la benne...
Laden
 
Derrière tes yeux invisibles
T’étais un insecte nuisible
Tu voulais juste penser et rire
Profiter de ta vie sur terre
Faire autre chose que survivre
Au lieu de rester prisonnière
 
Et t’es sortie du tunnel
Juste accrochée à cette idée
Qu’les ordures finissent tous à la benne...
Laden
 
Pauvre déclaration
 
Les hommes naissent libres et égaux
En dignité et en droit
Pense l’homme-cheval de Calcutta
Un prince hindou sur le dos
Les hommes sont doués de raison
Et de conscience paraît-il
Pense le miséreux du Brésil
Dans sa favella pour maison.
Tous les hommes ont droit à la vie
Et aussi à la liberté
Pense l’enfant d’Erythrée
Attendant que vienne la pluie
Nul ne sera tenu en esclavage
Nul ne sera tenu en servitude
Pense le noir des pays du Sud
Vivant comme un oiseau en cage
 
Refrain                                              
 
Animaux supérieurs
Doués d’intelligence
Inventeurs de malheur
De larmes et de violence
 
Nul ne sera soumis à la torture
Ni à des traitements inhumains
Pensent des centaines de Chiliens
Dans des prisons aux grands murs
Toute personne peut quitter tout pays
Y compris évidemment le sien
Qu’on soit chinois ou cubain
Derrière des murs de folie
Tout homme a la liberté de pensée
D’opinion et d’expression
Pense dans son asile-prison
L’écrivain russe interné
Toute personne peut être à la tête
A la tête de son pays
Pense t-on en Birmanie
Dans ce miroir aux alouettes
 
Refrain
 
Toute personne a droit au repos
Au travail et aux loisirs
Pense l’homme du Cachemire
A Paris dans de sombres entrepôts
Toute personne a droit à l’éducation
Elémentaire et fondamentale
Pense l’enfant du Bengale
Qui trime plus que de raison
 
Refrain
 
Omayra d’Armero
 
Tu regardes de tes yeux sombres
Gonflés de fatigue et de peur
Tous ces hommes, toutes ces ombres
Impuissants devant le malheur
Il y a les tiens, ceux de ton sang
Qui sans doute ont déjà laissé
Leurs maisons, leurs mères, leurs enfants
Sous la boue qui a déferlé
Il y a les autres, ceux qui en toi
Voient le meilleur scoop de leur vie
Et ne veulent pas que tu te noies
Avant d’faire leurs clichés pourris
 
Refrain                             
 
Ormayra d’Armero, engloutis, larmes, héros
Autour de toi, c’est la misère,
Seuls les plus chanceux pourront dresser une tombe à leurs frères
Quitter cet enfer, cette région,
Ormayra d’Armero, qui se rappelle de toi ?
 
Tu te demandes bien pourquoi
La nature s’est réveillée
Car le Saint Père avec sa foi
Etait venu s’agenouiller
A quelques kilomètres de là
Pour donner un peu de bonheur
D’espoir à ceux qui n’en ont pas
Un peu de chaleur dans leurs coeurs
Et puis tu sens le sol, ton sol
Se dérober dessous tes pieds
Plus tu penses qu’il te laisse bien seule
Ce dieu qui parle sans se mouiller + Refrain
 
Et si par hasard je survis
Que vais-je faire sans mes aïeux
Entendre les discours infinis
De ces politiciens véreux
Qui détourneront de l’argent
Et qui se serviront des dons
Pour se payer du bon temps
Au lieu de construire ma maison
Moi je ne veux que ma famille
M’amuser avec mes parents
Comme toutes les petites filles
C’est ce que tu t’es dit en sombrant
 
Refrain +                                     
 
Engloutis larmes, héros
Mais qui se rappelle encore
De ce volcan de tous ces morts
Rassure-toi, petite Omayra
Je te garde au fond de moi.
 
Elle a continué
 
Refrain                                  
 
Une colombe est passée dans le ciel
Chercher un havre de repos
Parcourant le monde à grands coups d’ailes
Cette planète de terre et d’eau
Elle s’est élancée telle une étoile
Glissant fièrement jusqu’à l’horizon
Comme un peintre achevant sa toile
Elle flottait dans le vent, les nuages
Se chauffait aux rayons du soleil
Elle voyait de beaux paysages
Sa vie lui semblait une merveille
Alors elle a continué...+ Refrain
Elle a survolé des pays
Où les uns errent sur des trottoirs
Mendient pour deux ou trois roupies
Et finissent dans les mouroirs
Où les autres font leurs palais
Un conte des mille et une nuits
Un repaire de princes gras et laids
Une banque de luxe et de nantis
Alors elle a continué...+ Refrain
Elle a survolé des déserts
Où rien ne pousse, rien ne vit
Peut-être y a t- il eu naguère
Autre chose que le sable et l’ennui
Elle a juste pu remarquer
De drôles de chevaux à deux bosses
Qui fuyaient cette immensité
N’ayant plus que la peau sur les os
Alors elle a continué...+ Refrain
Elle a survolé des rivières
Où l’eau a un goût de strychnine
<font face="Verdana&
Partager cet article
Repost0
4 avril 2006 2 04 /04 /avril /2006 16:25
Les fantômes de l'Olympia


Couplet 1
Quand je pense à tous ces grands
Qui hantent encore ses couloirs
J'étais qu'un tout p'tit enfant
Dans ce haut lieu de mémoire

Je respirais leurs accords
Sentant leurs souffles derrière moi
Me suivre encore et encore
Comme pour me parler tout bas.


Refrain
Se suspendre à leurs voix
Me guider pas à pas
Fusionner nos destins
Faire un bout de chemin
Avec les fantômes
Les fantômes de l'Olympia

J'ai pu me faufiler
Vers ces monstres sacrés (ou « parmi »)
C'était même pas rêvé
J'ai pu même chantonner
Avec les fantômes
Les fantômes de l'Olympia

Couplet 2
Comme si j'avais pu braver
Toutes mes guerres, tous mes combats
Et par ma voix graver
Une encoche qui restera.

Rien ne sera comme avant
Depuis que j'ai pu entrer
Dans ce temple toujours vivant
Grâce à ses ombres enchantées (ou « de toutes ses ombres enchantées)

Refrain



Casting


Couplet 1
Les images dans son cœur
Se bousculent et se meurent
Destins inanimés
Tristes heures noires broyées
Mettre entre parenthèses
Une vie de foutaise
Fuir les pâles chemins
Les touts derniers trains
Elle vogue la galère
Tempête en pleine mer
Pour que la vie un beau jour
Revêt ses plus beaux atours


Pont
Suivre sa voix
Par-dessus les toits
Colorier de bleu
Son ciel désastreux


Refrain
Casting, casting
Elle veut faire des castings
Se booster comme sur un ring
Casting, casting
Elle veut faire des castings
After the winter, the spring


Couplet 2
Attendre des heures et des heures
A la recherche du bonheur
Dans des files interminables
Sortir du train train minable
Elle partit seule sur cette île
Pour être choisi entre mille
Bravant le vent et la pluie
Pour distancer les ennuis
C'est jouer à pile ou face
Cette existence vide qui lasse
C'est comme un coup de poker
Mise en jeu tous ses déserts
Pont
Refrain



L'iceberg


Couplet 1
Je pars au gré des vents au milieu de la houle
Avançant lentement dans une vie qui s'écoule
On me croit là, je suis...vers d'autres horizons
A dix mille lieues d'ici vers de tendres lagons
Je parcours l'océan rechercher des soleils
A l'abri des tourments, des démons, des merveilles
Les embruns d'aventure ébranlent tout mon être
Sans cesse me défigurent à vouloir me connaître
Face cachée
Immergée et secrète


Refrain
Iceberg
Tu suis ton parcours
Inlassablement
La nuit et le jour
Malgré le gros temps
Tu poursuis ta route
Eternellement
En taisant tes doutes
Dans le vent violent


Couplet 2
Et cette montagne de glace enfouie et cachée
Non, jamais ne me lasse, et me fait continuer
Personne ne la voit, personne ne l'entend
Elle me montre la voie et le sens des courants
Et toutes ses idées qui tournent dans ma tête
Resteront immergées, au dehors...quelques miettes.
Des oiseaux les picorent croyant au grand festin
Se battent jusqu'à la mort pour qu'il n'en reste rien...
Face cachée
Immergée et secrète

Refrain


Couplet3
Combien de Titanics sur moi se sont échoués
En semant la panique dans mon cœur, mes pensées...
Face cachée
Immergée et secrète + Refrain


Le chanteur thérapeutique


Couplet 1
Au-delà des nuages
Au-delà des orages
Surfer sur la bonne vague
Ses chansons comme un tag
S'incrustent dans leurs vies
Dans leurs jours, dans leurs nuits
Combler un manque, un vide
Dans ses eaux si limpides
Suivre les yeux fermés
Ses notes et ses portées

Comme un comprimé
Un sirop de volupté
Un médicament
Que l'on prend


Refrain
J'aimerais bien être
Ce chanteur thérapeutique
Et sa potion magique
Qui éloigne vos migraines
Dans cette vie qui se traîne
Qui transforme vos malheurs
En une onde de chaleur
Etre accroc de ces yeux
Petit coin de ciel bleu


Couplet 2
Monter dans son bateau
Prendre le cours de ses mots
Comme celui d'une rivière
Cap sur son univers
Et dans toutes ses escales
Exorciser le mal
En se laissant griser
Dans ses rêves et ses sentiers
Jalonnant sa route
Ses peurs et ses doutes
Juste pour suivre sa voie
Juste pour suivre ses pas

Comme un comprimé
Un sirop de volupté
Un médicament
Que l'on prend...


Refrain


Couplet 3
Entre les pleurs et les rires
Pouvoir tant ressentir
Ses effets secondaires
Lors de tous ses concerts
Tous ces bras qui se tendent
Tous ces cœurs qui attendent
Une immense symbiose
Vécue en overdose
Entre lui sur les cimes
Et tous ces anonymes
Fuir le monde alentour
Loin de tous les vautours

Comme un comprimé
Un sirop de volupté
Un médicament
Que l'on prend...


Refrain



Chanteur de salle de bains


Couplet1
Mélomanes ratés
Mes voisins d'en haut
A grands coups d'balai
Donnent le tempo
Entre deux coups d'peigne
De quoi ils se plaignent
D'un concert privé
Sans avoir d‘billet
Je tire le rideau
Le pommeau de douche
Se change en micro
A peine on le touche
Toutes les brosses à dents
Ont l'air d'apprécier
Les serviettes, les gants
Ont l'air d'adorer


Refrain
Chanteur de salle de bains
Qui ne l'a pas fait
De la salle de bains
A la salle des fêtes
Il n'y a qu'un pas...
Chanteur de salle de bains
Qui ne l'a pas fait
Et d'la salle des fêtes
A la salle des coffres
Celle où l'on vous offre
La postérité
C'est un long chemin
C'est un long refrain
Qui vous fait sortir passer
De l'obscurité
A la clarté


Couplet 2
Les lampes allumées
Autour du miroir
Me font voyager
Vers des lieux d'histoires
Le débit de l'eau
Comme applaudissement
Claque sur ma peau
Comme un grand torrent
Un torrent d'amour
Déversé sur moi
Plus rien alentour
Du chaud pas du froid
Tous mes fans farouches
Ont arrachés,si
Prêt du rideau d'douche
Tous mes beaux habits


Refrain


Couplet3
Mes yeux sont rougis
Par tant d'émotion
Mais avouons aussi
Par trop de savon

Refrain

 

 

J'ai essayé


J'ai essayé
Les jeux d'mots zaziesques
Bien loin d'être grotesques
Un truc genre « Jamais deux sans toi »
Elle est triste, ma maison sans toi
Des phrases genre Cabrel
Phrases qui étincellent
Les poissons nagent dans l'eau claire
Y a des cailloux dans la rivière
Oui, j'ai bien essayé
Mais ça n'a pas marché


J'ai essayé
Tenté Georges Brassens
Toujours l'œil qui s'rince
Mais où sont les chansons d'antan
Parlez-moi d'la pluie, du vent
Du bon claude François
Entre pleurs et joies
J'ai fait « le mardi sous la pluie »
Et puis « le téléphone sourit »
Oui, j'ai bien essayé
Mais ça n'a pas marché


J'ai essayé
D'faire du Edith Piaf
Bientôt l'autographe !
L'île à l'amour, la femme à l'auto
Ou « la vie en bleu indigo » !
Du Mister Renaud
Fan des têtes pleines d'eau
A bas les cons les militaires
Et tout ceux qui bouzillent la terre
Oui, j'ai bien essayé
Mais ça n'a pas marché

J'ai essayé
La voix d' Barbara
Mais ça n'allait pas
J'ai fait voler faucon noir
Ma plus belle histoire d'humour noir ?
Trop fort le Jacques Brel
Qu'a pas son pareil
Dans l'aéroport de Bruxelles
Ne me quitte pas, Estelle ! (dirait Domenech)
Oui, j'ai bien essayé
Mais ça n'a pas marché


J'ai essayé
Trop cool, le Souchon
Super style, un ton
Comme « Allo Don Quichotte Bobo »
Comment tu m'as fait, j'suis Sancho
Le grand Balavoine
C'était l'number one
Tous les cris tous les sms
Je me présente je m'appelle Jess
Oui, j'ai bien essayé
Mais ça n'a pas marché


J'ai essayé
Le martien Johnny
Ça, c'est sûr, y a qu' lui !
Comme « que je traîne » ! oooh ! « Que je traîne »
Je voulais , Yeah ! briser mes chaînes
L'ami Gainsbarre
Parce que y en a marre
Pendant ce temps la Balinaise
Fais un strip, man ! et s'met à l'aise
Oui, j'ai bien essayé
Mais ça n'a pas marché


J'ai essayé
Des tas d'artistes pour m'inspirer
Mais je m'suis complètement vautré
Refait « Capri c'est fini deux »
« Aline, pour qu'elle revienne un peu »
« le p'tit papa Joël » , tous livides
« la danse des connards » le gros bide
« la chenille » n'a pas démarré
« l'île aux ciseaux », je m'suis fait j'ter
Oui, j'ai bien essayé
Mais ça n'a pas marché

Alors j'ai r'fait un truc à la noix
Un truc « à la moi », et advienne que pourra !


Comme sur un plateau

Sa voix s’envole si haut
On s’embarque dans son vaisseau
Les nuages deviennent si bas
Glissons- nous dans son aura
On découvre une autre terre
En quittant notre atmosphère
C’est sans doute pour ça qu’on l’aime
On le sait même pas nous-même
Une fois entré dans sa bulle
Finis les conciliabules
 
Refrain                                
 
Quand se dégage ça de quelqu’un
Quand vous r’ssentez ça de quelqu’un
Quand vous changez de galaxie
Alors, vous pouvez dire de lui
C’est mon idole, mon idole
On pourrait disserter longtemps
Il suffit de dire à présent
Quand tout gravite autour de lui
Oui, vous pouvez dire de lui
C’est mon idole, mon idole
 
On a beau dire, essayer
De le ranger, le classer
Il est indéfinissable
On a fait partie de sa vie
On a touché l’ paradis
Tout simplement inclassable
Lorsque la magie s’achève
Qu’il nous faut rejoindre la grève
Emerger de ce plongeon
Sans palier d’ décompression
 
Refrain
 
On se sent seul, délaissé
Abattu, abandonné
Comme un proche qui est parti
Comme si tout était fini
Et surtout ne pas tenter
De faire à son tour errer
Quelqu’un d’autre dans ses sentiers
Il faut y être attiré
Par une force venue d’ailleurs
Changeant le rythme de nos heures
 
Les miens, c’est mes liens, mes liens, c’est les miens
 
Couplet N°1                                          
 
Atténuer les orages  
Pour squatter tous les garages
Toujours faire le dos rond
Aux mauvaises saisons
Calmer tous les (ces) voisins
(qu’ont) La tête entre les mains
Bien trop en désaccord
A cause de nos accords
Pour une petite carrière
Am’ner chacun sa pierre
A mon p’tit édifice
Pour l’amour d’un d’ leurs fils + Refrain
 
Refrain    possible                                  
 
Se saigner à quatre veines, 
(voir autres possibilités plus bas)         
Signer à toutes mes déveines
Les miens, c’est mes liens !
Mes liens, c’est les miens…
 
Couplet N°2                                      
 
Faire tomber les barrières
Les grands soirs de galère
Toutes les portes…explosées !
Mêmes celles cad’nassées
Miser plus d’une chemise
Pour que se réalisent
L’impossible idée
Qui un jour a germé
Dans la tête et les doigts
Du gars qu’avait la foi
Et chacun dans leur (son) rôle
Respiraient rock n’ roll + Refrain
 
Couplet N°3                                      
 
Toujours accompagner
Porter et supporter
Celui qu’avait l’envie
De sortir de son nid
De déployer ses ailes
Vers sa terre si belle.
Eclairer mes tunnels
Pour flotter dans le ciel
Porté par le courant
Fleuv’ tranquille ou torrent
En battant la campagne
En bravant les montagnes + Refrain
 
 
Autre refrain (2) possible           
 
Ces quelques notes, quelques mots
Pour m’avoir fait ce cadeau
 Au nom de tous les miens, au nom de tous mes liens
 
Autre refrain (3) possible                                   
 
Je reste
Attaché aux miens
Attaché par des liens
Que personne ne pourra couper
C’est ce qui me fait avancer
 
De concert
 
Prendre le fil de ma voix
Comme un bateau glissant sur l’onde
Dans cette histoire entre vous et moi
Vous faire découvrir d’autres mondes
Suspendre le temps qui défile (ou « suspendre les jours qui défilent »)
Pour chasser les nuages lourds
Etre échoué comme sur une île
Sans penser au billet retour
 
Refrain                                                     
 
Depuis toujours
Je voulais que mon cœur se serre
Parmi vous
(Depuis toujours) je voulais être de concert avec vous
(De concert avec vous)
 
Arrêter le cours de vos fleuves
En mélangeant nos traces de pas
Réussissant toutes nos épreuves
Quelques instants sous le même toit
Se retrouver en harmonie
Auprès de milliers d’inconnus
Comme une réunion entre amis
C’est la magie au coin d’ma rue
(ou « ce soir c’est fête au coin d’ma rue »)
 
Refrain
 
Avoir sa raison d’exister
Un beau soir sous les projecteurs
Voir son rêve se réaliser
C’était questions de temps et d’heure
Et nos deux souffles se sont croisés ( ou « nos deux vies)
On a tant de mal à y croire
Tant de mal à imaginer
Que tout est réuni ce soir
(ou « qu’il faut laisser faire le hasard »)
 
Refrain                                                     
 
Depuis toujours
Je voulais que mon cœur sincère
S’insère parmi vous
(Depuis toujours) je voulais être de concert
Avec vous
(De concert
Avec vous)
 
Du garage à l’Olympia
 
Combien de notes échappées
De ces endroits de fortune
Et de mélodies crées
Avec la foi mais sans tune
Faire péter les watts
Afin de tout évacuer (ou «sur des musiques saturées »)
Faire des balades dans la ouate
Pour que l’on puisse s’envoler
Combien d’heures à oublier
Cet infernal quotidien
Et pouvoir se ressourcer
Sans penser aux lendemains
Avec juste en point de mire
La recherche d’un idéal
Attisée par nos délires
Et la conquête du Graal
 
Refrain
 
Que de terres à défricher
Que de routes à emprunter
De rivières à traverser
Pour passer
Pour passer
Du garage à l’Olympia
 
Des nuits à trouver l’accord
Dans ces locaux au rabais
Certains sont pourtant restés
Entre ces murs à jamais
Que de plaintes à endurer
De bagarres chez les voisins
Que de lettres à envoyer
Pour ne pas rater les trains
Que de stress à évacuer
Les décibels à foison
Que de mois à répéter
Les moins pires de nos chansons (ou « les plus belles »)
Que de plans à instaurer
Pour faire notre révolution
Changer la réalité
Et le cours de nos saisons
 
Vases communicants
 
Venez avec moi
Partager mes joies
Emprunter mes routes
Mes peurs et mes doutes
Chasser les tracas
La vie qui s’en va
J’veux vous faire bouger
De votre canapé
 
Refrain
 
Comme des vases communicants
On se complète tant
Tantôt émetteur
Tantôt récepteur
On se met en pause
On est en symbiose
 
Comme des vases communicants
On arrête le temps
C’est comme une batt’rie
 Qu’on recharge à vie
Sans vous comment vivre
Comment rester ivre ?
 
Oubliez les dettes
Les heures de tempête
Les jours   de détresse
Les années de stress
Faut se raccrocher
A c’qui fait rêver
L’un n’ va pas sans l’autre
Alors ouvrons nos portes
 
Refrain


J’ai essayé

 

J’ai essayé

Les jeux d’mots zaziesques

Bien loin d’être grotesques

Un truc genre « Jamais deux sans toi »

Elle est triste, ma maison sans toi

Des phrases genre Cabrel

Phrases qui étincellent

Les poissons nagent dans l’eau claire

Y a des cailloux dans la rivière

Oui, j’ai bien essayé

Mais ça n’a pas marché

 

J’ai essayé

Tenté Georges Brassens

Toujours l’œil qui s’rince

Mais où sont les chansons d’antan

Parlez-moi d’la pluie, du vent

Du bon claude François

Entre pleurs et joies

J’ai fait « le mardi sous la pluie »

Et puis « le téléphone sourit »

Oui, j’ai bien essayé

Mais ça n’a pas marché

 

J’ai essayé

D’faire du Edith Piaf

Bientôt l’autographe !

L’île à l’amour, la femme à l’auto

Ou « la vie en bleu indigo » !

Du Mister Renaud

Fan des têtes pleines d’eau

A bas les cons les militaires
Et tout ceux qui bouzillent la terre

Oui, j’ai bien essayé

Mais ça n’a pas marché

 

J’ai essayé

La voix d’ Barbara

Mais ça n’allait pas

J’ai fait voler faucon noir

Ma plus belle histoire d’humour noir ?

Trop fort le Jacques Brel

Qu’a pas son pareil

Dans l’aéroport de Bruxelles

Ne me quitte pas, Estelle ! (dirait Domenech)

Oui, j’ai bien essayé

Mais ça n’a pas marché

 

J’ai essayé

Trop cool, le Souchon

Super style, un ton

Comme « Allo Don Quichotte Bobo »

Comment tu m’as fait, j’suis Sancho

Le grand Balavoine

C’était l’number one

Tous les cris tous les sms

Je me présente je m’appelle Jess

Oui, j’ai bien essayé

Mais ça n’a pas marché

 

J’ai essayé

Le martien Johnny

Ça, c’est sûr, y a qu’ lui !

Comme « que je traîne » ! oooh ! « Que je traîne »

Je voulais , Yeah ! briser mes chaînes

L’ami Gainsbarre

Parce que y en a marre

Pendant ce temps la Balinaise

Fais  un strip, man ! et s’met à l’aise

Oui, j’ai bien essayé

Mais ça n’a pas marché

 

J’ai essayé

Des tas d’artistes pour m’inspirer

Mais je m’suis complètement vautré

Refait « Capri c’est fini deux »

« Aline, pour qu’elle revienne un peu »

« le p’tit papa Joël » , tous livides

« la danse des connards » le gros bide

« la chenille » n’a pas démarré

« l’île aux ciseaux », je m’suis fait j’ter

Oui, j’ai bien essayé

Mais ça n’a pas marché

 

Alors j’ai r’fait un truc à la noix

Un truc « à la moi », et advienne que pourra !

  

 

Partager cet article
Repost0
4 avril 2006 2 04 /04 /avril /2006 16:23
Solutions buvables
 
Puisque j’y crois
Puisque j’ai toujours la foi
J’ai juste mis les pieds dans l’église
Où tant d’autres y ont laissé leurs ch’mises
Tant de prières
Etre mis plus bas que terre
On se raccroche à tous les yeux
A tous les mots, à tous les dieux
 
Refrain                                        
 
Avant d’en venir à des solutions
Fumables
Buvables ou injectables
Dites-moi la solution
A toutes ces questions
A tous ces points de suspension
 
Avant d’en venir à des solutions
Fumables
Buvables ou injectables
Comment trouver la réponse
Hormis la défonce
Sur mon tapis de ronces.
 
Dites-moi pourquoi
Celui d’avant moi était là
Au même endroit, à la même place
Sans se souv’nir du temps qui lasse
L’ monde à ses pieds
Acidulé, adulé
Pourquoi ma voix, et celle des autres
Avaient seulement droit à la porte
 
Les idées « Kurt »
 
Sur la tombe d’ mes amis disparus
J’ mets des fleurs et ma tendresse dessus
J’attends pas le jour de la Toussaint
Car on ne commande pas le chagrin
Je fais des cadeaux à celle que j’aime
A celle qui me panse quand parfois j’saigne
Non, je n’attends pas le soir de Noël
C’est pas le seul jour où elle est belle
 
J’mange pas dans d’la vaisselle en argent
J’passe pas tous les 15 août à Golfe Juan
J’fais pas la queue pour mettre ma serviette
Sur les plages de Saint Trop’ jusqu’à Sète
 J’suis pas abonné au Nouvel Obs’
Ni à rien d’autre d ‘ailleurs pour faire snob
Mais ça ne m’empêche pas de penser
J’veux pas être un connard enchaîné
 
J’ fume pendant la journée sans tabac
J’donne à qui j’veux, pas besoin d’bla bla
J’aime bien voir et entendre tout c’qui choque
Tout c’qui m’fait sortir des starting blocks
J’veux pas supporter la même histoire
Qu’ les photos jaunies dans les tiroirs
Tous les partis, tous les syndicats
Ne pens’ront jamais, jamais pour moi.
 
Refrain 1   possible                        
 
J’ai peut-être les idées Kurt
Mais vous pouvez suivr’ ma route (ou « mes doutes »)
Et j’vous emmèn’rai chez moi
Au nirvana
(peut-être avec « Cuben » en réponse après « Kurt »)
(Y voulait tous me formater
Et j’les ai p’t’être tous fort matés !)
 
Refrain 2    possible                             
 
Je n’aime pas la vie
Tracée une fois pour toutes
Sans rien sur ma route (ou « sans but et sans doute »)
 
Sourd aux intempéries
Je laisse parler mon coeur
Sans détour et sans heurts
 
Vous avez compris qu’ mon idéal,
C’est d’ vivre en version originale.
 
La mèche
 
Encore tant d’amour à donner
De rires, de pleurs à endiguer,
Sur cette route de hasard
Ballotté entre blanc et noir
Encore tant de conflits à régler
Ou de colère à apaiser
Tant de chaleur à recevoir
Passer de l’ennui à l’espoir
 
Avant que s’éteigne la mèche
Inéluctable fin de règne
Je voudrais la vendre au ciel
Afin qu’elle devienne éternelle
 
Encore tant d’air à respirer
Et de paroles à pardonner
Tant de soleil et de bonheur
De ténèbres et puis de malheur
Encore tant de larmes à essuyer
Tant de regrets à effacer
Tant de caresses à venir
De douceur et de sourire
 
Avant que s’éteigne la mèche
Inéluctable fin de règne
Je voudrais la vendre au ciel
Afin qu’elle devienne éternelle
 
Une tranche de vie à l’Hôtel-Club
 
Un peu de voile, de canoë
Cours d’espagnol accéléré
Histoire de revenir moins bête
C’est obligé de toute façon
Entre le ping-pong et l’billard
On s’autorise un p’tit cigare
Ça s’allume comment, cette chose-là
Havane bien sûr, made in Cuba
Tous les blancs virent soudain au noir
Dans les chambres ou bien dans les bars
Dans les piscines ou les coursives
Parce qu’ici c’est « all inclusives »
 
Refrain                               
 
Ainsi se déroule à Cuba (tout ça se déroule à Cuba)
Sur les terres du (ou « de ») Che Gueverra
(ou » Et devant vos yeux ébahis
Défilent en boucle, au ralenti »)
Une révolution touristique Entre langouste et gymnastique
Une tranche de vie à l’Hôtel Club, un repaire de beaufs et de snobs
 
Alors deux, trois filles à papa
S’essayent à deux pas de salsa
On discute du temps qui s’en va
Autour d’un pinacolada
On repart avec des colliers
Bracelets, coquillages et djembés
On ne sait pas comment en jouer
Mais ça f’ra bien sur la ch’minée
Et on donne deux ou trois dollars
A droite et à gauche comme pourboire
Juste pour faire voir qu’on en a
Ou pour masquer qu’on en a pas + Refrain
 
C’est reparti pour le stretchin’
Le beachvolley et l’aquagym
Pour se donner une bonne conscience
Avant de finir ses vacances
Ça creuse toutes ces activités
Allez tous autour du buffet
En dépassant la dose prescrite
A s’en faire une péritonite
C’est l’heure d’échanger les adresses
Entre deux verres, deux fausses caresses
Comme si s’étaient créés des liens
S’évanouissant dès demain
 
L’âge des lâches
 
A l’horizon que des nuages
Que de la pluie que des orages
Comment se perdre (ou « échouer ») sur de belles plages
Toutes en douceur en coquillages
Plutôt que de gagner sa cage
Même pas dorée mais d’un autre âge
Il faudrait bien que j’envisage
Un nouveau monde aux belles images
La société fait trop d’ombrage
Vaut mieux être seul, comme c’est dommage
 
Refrain                                                        
 
Après l’âge…
De pierre, l’âge…
D’aimer tôt, l’âge…
Du bronze, voici l’âge…
De rien, l’âge…
Des lâches
 des potaches
Qui nous attachent 
Qui tachent
Qui gâchent
Le paysage.
Oui voici venu…
l’âge des lâches
 
On est comme pris en otage
On nous assaille nous dévisage
Et ça finit en pleurs en nage
Dans nos quartiers où l’on surnage
J’espérais un autre visage
Pour un futur de bas étage
Y faudrait beaucoup de courage
Pour démêler tous ces rouages
Pas de bonheur en étalage
Et ni d’avenir extra-large
 
 
Refrain
 
Les vacances d’un jour
 
1) Prendre le temps de ne rien faire
De voir tourner cette bonne vieille terre
C’est ce qui est le plus difficile
Couper les ponts, fuir le futile
Laisser la page blanche du matin
S’écrire au hasard des chemins
Sans avoir calculé, prévu
Rejeter ce qui est superflu
 
Refrain
 
C’est beau, les vacances d’un jour
Quand la vie nous joue un bon tour
Une fois au moins dans la semaine
On va où nos rêves nous mènent
 
2) C’est beau, les vacances d’un jour
Quand la vie prend d’autres carrefours
A la fin de chaque semaine
On va où les envies nous mènent
 
Tourner le dos à ces contraintes
A cette routine qui nous éreinte
A ces faux amis parasite
Qu’on est ravis d’oublier vite
Découvrir ce qui est autour
Qui nous enrobe comme du velours
Que l’on avait pas vu hier
Devant nos yeux couverts d’oeillères
 
Refrain
 
Faut qu’tu t’bouges
   
Couplet 1                                            
 
T’as assez tergiversé
Et trop de larmes déversées
A quoi bon attendre, attendre,
Cette corde qui va te pendre
Il faut forcer ton destin
Si tu veux prendre les bons trains
Faut sortir de ton abri,
Pour changer ta life, baby.
 
Refrain                                                   
 
Faut qu’tu t’bouges
Avant que tous tes voyants,
yeah yeah
Soient dans le rouge
Faut qu’tu t’bouges
Sans perdre un seul instant,
yeah yeah
(Oui ) Faut qu’tu t’bouges
 
Couplet 2                                       
 
C’est sûr, t’es vraiment le best,
Avant de passer à l’ouest
Fais leur voir que c’est toi l’king
Que t’as des tripes et l’feeling (ou le swing)
Plus le temps de t’la jouer
Fais le clash du siècle yeah yeah
C’est toi qu’a les cartes en main
Pour enterrer tes chagrins
 
Refrain
 
Couplet 3                                       
 
Si tu veux être the winer
Que s’affiche pas « game over »
(ou « Faut emballer ton moteur »)
C’est à toi d’tout faire sauter
On va pas v’nir te chercher
Suis cette voie qui te harcèle
Qui te fait pousser des ailes
Tu verras qu’t’avais l’audace (ou « la place »)
De   jouer ton poker d’as (ou « de poser »)
 
Refrain

Qu’est-ce qui va rester ?

 

Qu’est-ce qui va rester

Après notre humanité ?

 

Que seront nos VanGogh et nos Renoir

Nos Brassens et nos Mozart

Nos Fontaines et nos Molière

Nos torrents et nos rivières

Nos Versailles, nos Taj Mahal

Et nos tigres du  Bengale

Nos Moulin nos Teresa

Nos Schweitzer nos Barbara

 

REFRAIN

Qu’est-ce qui restera gravée

Pour l’éternité,

Qu’y aura t-il en héritage

Qui pourra franchir les âges ?

Qui y aura t-il d’aussi grand

Pour défier le cours du temps ?

Aura t-on encore des yeux

Pour rêver ou pour pleurer ?

 

Qu’est-ce qui va rester

Après notre humanité

 

Nos Zola nos Panthéon

Nos pandas et nos lions

Nos glaciers nos Chaplin

Et nos murailles de Chine

Nos Tour eiffel et Montparnasse

Nos Rodin et nos Ruy Blas

Nos Beethov’ nos Marivaux

Nos Zidane et nos Zorro

 

REFRAIN

Qu’est-ce qui restera gravée

Pour l’éternité,

Qu’y aura t-il en héritage

Qui pourra franchir les âges ?

Qui y aura t-il d’aussi grand

Pour défier le cours du temps ?

Aura t-on encore des yeux

Pour rêver ou pour pleurer ?

 
La Lolita « copier-coller »

 

Couplet 1

En croyant devenir  unique

Elle a rejoint la mosaïque

De son école, de son lycée

ou de son université

Et dans son univers cité

Elle continuera d’avancer

Pour elle ou par procuration

Pour élargir ses horizons

Elle s’attache au superficiel

A l’apparence au goût de miel

Mais sans se rendre vraiment compte

Qu’elle était princesse dans son conte

Rien à changer à transformer

Juste grandir avec ses idées

La profondeur, c’est pour plus tard

C’est pour les vieux, pour les ringards

Et son image se reflétant

Brûle les étapes, brûle le temps

 

Refrain

Même si la mode est moche, même si elle a rien dans les poches

A l’air du temps elle se raccroche… la Lolita « copier-coller »

Même si la mode est moche, chaque année, elle s’fait une encoche

Dix ans de plus dans la caboche, …la Lolita « copier-coller »

 

Couplet 2

Et sans franchir l’infranchissable

Ou les limites du raisonnable

Sans devenir personne alitée…pas encore

Elle cherche sa personnalité

A vouloir trop se démarquer

Tout ça devient triste à pleurer

A vouloir sortir de la foule

Elle finit par perdre la boule

Résultat étrange et inverse

Et dans sa vie, il pleut à verse

Un peu « Barbie », un peu « clonée »

Changée pour mieux se ressembler

Mais pourtant elle est si heureuse

Pourtant elles sont tell’ment nombreuses

Car la version originale

« Fashion effect », est mise à mal

alors trouver sa voie, ça urge

Quitte à devenir brebis d’Panurge

Refrain



Y en a qu’ont tout

Couplet 1

Dans la vie et la tête des gens s’installent

Angelina et Brad, couple idéal

C’est pas d’main la veille qu’elle sera écrite

La p’tite annonce « Angelina brade Pitt »

Parce qu’y a vraiment aucune d’ chance qu’elle le largue

Même si leur océan a quelques vagues.

L’est au paradis, la p’tite Vanessa

C’est pas demain la veille qu’ Johnny Depp-rimera

Leurs beaux cheveux dansent sous les alizés

Et dans les folles soirées méga privées

Avec des fringues de Karl ou de Georgio

Y s’trémoussent dans les parfums de Paco

Mais moi je sens qu’ les relents de la vie

Qui accompagnent tous mes jours, toutes mes nuits

J’ai beau m’égosiller tout seul sur scène

J’ai l’impression qu’personne, personne ne m’aime

Pourtant y paraît que j’ai un beau brin d’voix

C’est du moins c que m’dit ma femme, fan de moi

Faut bien avouer que ça l’fait pas tellement

Jouer dans les bars, avec personne dedans

(C’est pas juste,C’est juste pas juste)

 

Refrain

Y en a qu’ont tout

Qu’ont plein d’cailloux, de bijoux

Des diams pendus à leurs cous

Qui font des millions de jaloux

Y en a qu’ont tout

Qu’ont le monde à leurs genoux

Qu’ont d’la gueule et qu’ont des sous

Des Ferraris et tout et tout

 

Couplet 2

Evidemment, leur traiteur c’est Lenôtre

Mais le nôtre, chose étrange, c’est pas Lenôtre

Moi j’ vais toujours dans celui du coin

Il a des bons pâtés et du boudin

Y sont dans un rêve, y s’ refusent rien

Ils ont gagné corps et biens, corps et biens

Y rencontrent des  gens comme il faut, des stars

On s’demande comment, comme ça par hasard

C’est si naturel, moi j’croise mes voisins

Qu’ont inondé leur putain d’salle de bain

Et comme par chance j’habite juste en dessous

Je risque d’avoir de la flotte jusqu’au cou

Personne ne stoppe ma beautiful voiture

Ma Clio Carerra, ça, j’vous l’ assure

De toute façon elle bouge plus la pauvrette

Une vague histoire de carbu, le truc bête

J’ai rien d’mandé du tout à la vie, non

Mais elle m’a pas répondu d’toute façon.

Y m’reste plus qu’mes yeux pour pleurer c’est con

Et à finir cett’ putain de chanson 

(C’est pas juste,C’est juste pas juste) + Refrain


Partager cet article
Repost0

Articles Récents

Liens