Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

16 avril 2006 7 16 /04 /avril /2006 15:30
Tout feu, tout femme
 
Elle met un moteur dans ma vie
Qui tourne sans arrêt dans ma tête
Vers un doux rêve qui me poursuit
Et pour qu’enfin le temps s’arrête
Elle m’aide à démêler le fil
De mes idées qui s’entrechoquent
Pour vivre un bonheur tout tranquille
Loin des faux amis, loin du toc
 
Refrain        1                                              
 
Grâce à elle,
Je vis tout feu tout femme
Depuis c’jour où elle a entendu
Ma détresse et mon signal de larmes
Dans mon coeur où toujours il a plu.
Grâce à elle,
Je vis tout feu tout femme
Il ne pouvait en être autrement
Car c’était pour le bien de mon âme
Qu’elle a pu calmer tous mes torrents
 
Refrain 2                               
 
Grâce à elle, je vis tout feu tout femme
Elle a stoppé mon signal de larmes
Grâce à elle, je vis tout feu tout femme
Tout ça pour le bien de mon âme
Oui, je vis...tout feu tout femme
 
Elle a fait de mon existence
Un tremplin vers un avenir
Où j’ai tiré la carte « chance »
Entre tes bras et tes sourires
Elle est mon seul chaînon manquant
Ce petit grain de sable, de folie
Qui a transformé mes instants
En feu d’artifice, en magie
 
Refrain
 
Elle soufflera sur tous mes soirs
Comme l’alizé sur l’ équateur
Pour me perdre dans ses regards
Dans ses océans de douceur
Elle écrira les plus belles pages
Du roman que j’ai commencé
Il parle d’amour comme une image
Sage que l’on aime à colorier
 
Refrain
  
Dans les bras de ma fée
 
D’un coup de baguette magique
Mes sentiers noirs et maléfiques
Se sont soudain changé au bleu
En transformant ma vie en jeu
Et « Avec mes bras dans tes bras »
Un peu comme « Abracadabra »
Cette nouvelle formul’ va m’emm’ner
Dans tes parfums pour m’enivrer.
 
Refrain                                               
 
Alors, l’esprit rassuré
Je me suis endormi
Dans les bras de ma fée
Je ne veux plus bouger
Je me suis endormi
Dans les bras de ma fée
 
On pass’ra tous les horizons
On ira voir tous les lagons
Leur sable si blanc et si fin
Sera poudr’ de « perlin pimpim »
Avec une goutte de ce flacon
Potion d’amour et d’évasion
Que l’on transporte au bout des nuits
Au- delà des temps infinis.
 
Refrain
 
Il me fallait une magicienne
Pour que le bonheur me revienne
En faisant comme ça (ou soudain) ressortir
Entre ses mains de longs sourires
Un destin si limpide si beau
Dans le fond de son grand chapeau
Je veux être son seul spectateur
Pour applaudir avec mon cœur.
 
Refrain
 
Chaos
 
Qui donc nous a mis        K.O. ?
Nous a mis dans le        Chaos ?
Est-ce nos corps ne faisant plus          Echo ?
Ou nos coeurs ne disant plus                OK ?
 
Notre branche a fini par…casser
Et notre affaire s’est …Classée,
A force de trop …De cris,
De rêves déjà …Acquis !
A force de trop…De coups !
Tout ça ne valait pas…Un clou !
 
Qui donc nous a mis        K.O. ?
Nous a mis dans le        Chaos ?
Est-ce nos corps ne faisant plus          Echo ?
Ou nos coeurs ne disant plus                OK ?
 
A l’écart de tes …questions,
Je reste comme…Un con,
Alors je plaide…Coupable
Ai repris mon …cartable
Allez on re.….commence
Oublions nos…carences !
 
Qui donc nous a mis        K.O. ?
Nous a mis dans le        Chaos ?
Est-ce nos corps ne faisant plus          Echo ?
Ou nos coeurs ne disant plus                OK ?
 
Je me suis penché sur…Ton cas,
Sur nos heures de…Tracas,
J’ai fait mon mea…Culpa,
Banni l’eccétéra,
Viens rejoindre mon cœur…Vacant !
Il en est en……core tant !
 
Qui donc nous a mis        K.O. ?
Nous a mis dans le        Chaos ?
Est-ce nos corps ne faisant plus          Echo ?
Ou nos coeurs ne disant plus                OK ?
 
La brume
 
Eloignés les fantômes, les spectres
Tous les pics épiques qui m’assaillent
Qui me transpercent de part en part
Entourés de tant de canailles
Venant jusque sous mes fenêtres.
Effacées les rancoeurs de la vie
Traces qu’on croit indélébiles
Sentiers menant droit à l’ennui
Lugubres et froids comme l’exil.
 
Refrain                                                   
 
Tu es ma brume
Mon passé reste invisible
Je surnage dans ton écume
Plus de flèches, plus de cibles
Tu es ma brume
Celle qui a estompé
Mon univers d’infortune
Pour laisser seulement émerger
Les beaux titres sur les unes
C’est pour ça
Que tu es ma brume
 
Envolés points d’interrogation
Ma vie est devenue si belle
Pour m’emmener vers l’horizon
Ils sont devenus arc-en-ciel
Achever de broyer du noir
Chasser l’araignée du matin
Et le cafard qui vient le soir
Plus de sales bêtes sur mon destin
 
Refrain
 
La dose prescrite
 
Errer des jours, des années
A se dire qu’on finira seul
Sans chercher et sans trouver
Celle qui serait une idole…
Voir le sablier qui s’égrène
Sans tempête et sans lagon bleu
Fuir les regards qui traînent
Renoncer à tous les jeux
Mais, soudain
Je t’ai vu sur mon chemin
Et depuis, depuis….
 
Refrain
 
Il manque quelque chose
A cette histoire
A peine écrite
Besoin de dépasser
La dose prescrite
Il manque quelque chose
A tous mes gestes tous mes hits
Besoin de dépasser
La dose prescrite
 
Se complaire dans le spleen, l’ennui
Pour éviter ce qui dérange
Voir tout en noir nos envies
Aimer le démon qui nous mange
Faire de tous nos murs un abri
Un rempart pour s’isoler
Et de nos portes, un pont levis
Toujours fermé, toujours baissé
(ou »comme mes yeux, toujours baissé)
Mais, soudain
Je t’ai vu sur mon chemin
Et depuis, depuis….
 
Refrain
 
Ça me tue
 
J’irais de Bali à Corfou
Pour mélanger nos deux corps fous
Et je me mettrais à genoux
Pour être un jour aimer de vous.
Je casserais tous mes joujoux
Vous cherch’rais la tête dans mes poux
Pour vous offrir de beaux bijoux
Boire vos paroles à en être saoul.
 
 
Refrain                                          
 
Quand arriverais-je à vous
Tutoyer ?
Car le fait de vous dire vous
Ça me tue.
 
Je voulais pas partir battu
Y faudrait pas qu’on s’entretue
Parce que la frontière entre tu
Et vous est tellement ténue
Avec toi, mes yeux ont bien vu
Que tu avais peuplé mes rues
Et tes mots doux que j’ai bien lus
5 sur 5 je les ai reçus .
 
Refrain
 
Réduction de peine
 
Parce que mes jours ne ressemblent jamais à rien
Que dans mon ciel, il fait toujours un temps de chien,
Que j’ai l’impression d’être dans une longue spirale
De m’enfoncer dans un puits, un gouffre infernal
Parce que l’hiver frappe encore, toujours à ma porte
Même si au dehors, des milliers de fleurs sortent.
Même si tous les oiseaux chantent à bec déployé
Pour égayer mes routes, pour gommer mon passé.
 
Refrain                                             
 
Même si je suis coupable
Si je suis devenu denrée périssable
Délivre-moi de ma prison
Accorde-moi une réduction…
Une réduction de peine
Evade-moi de ma cellule
De cette vie ridicule
Accorde-moi une réduction…
Une réduction de peine
 
Parce que depuis longtemps je fonce droit sur le mur
Et que rien ni personne ne panse mes blessures
Je cherche une lueur pour éclairer mes nuits
Avant que mon esprit ne sonne l’hallali
Parce que dedans ma tête, mes idées tournent en rond
Sans arrêt le même air, et la même chanson
Celle qui parle de toi, à des années lumière
Je suis tombé si bas, tombé plus bas que terre.
 
Refrain
 
Amicalmement
 
Traversant mes routes
Tu anesthésies
Mes ennuis, mes doutes
Toutes mes douleurs
Toutes celles qui
me tapent dans le cœur
 
Pour que l’ soleil
Brille enfin pour moi
Tu estompes le ciel,
Noir au dessus d’ mon toit
 
Tu m’ fais prendre la vie
(Mon amie),
Ami…calmement
Ami…calmement
 
Plus légers deviennent
Mes trop lourds tracas
Mes boulets, mes chaînes
Je les sens même pas
T’arrives à gommer
Tous les angles aigus
T’arrives à poncer
Tous les gens obtus.
 
Tu me fais prendre la vie
Mon amie,
Ami…calmement
Ami…calmement
 
Tu changes tous les drames
En torrents d’amour
Les malheurs, les larmes
Beaux, aveugles et sourds
Où sont toutes les guerres
Je ne les vois plus
Le froid, la misère
Portés disparus.
 
Tu me fais prendre la vie
Mon amie,
Ami…calmement
Ami…calmement

 

 

Le jeu de piste
 
Refrain                                  
 
Il faut de tout pour faire un monde
Que tu sois brune, que tu sois blonde
Mais seulement toi sur ma liste
Juste à gagner (trouver) le jeu de piste.
 
Couplet 1                                                  
 
Cour ou jardin
Hier ou demain
Grand ou petit
Joies ou ennuis
Jour ou bien nuit
Soleil ou pluie
Mort ou bien vif
Galets, récifs
Gay ou bien triste
The Clash ou Litz
Mer ou montagne
Forêts, campagnes
Cîmes ou abîmes
Prose ou bien rimes
Lourd ou léger
Frites ou purée
Maigre ou bien gros
Des bas des hauts
Sombre ou bien clair
Richesse, misère + Refrain
 
Couplet 2                                                   
 
Futé, tout fou
Mouton ou loup
Terre ou bien ciel
Cuisses ou bien ailes
Début ou fin
Soir ou matin
Beau ou bien laid
Whisky ou lait
Ynn ou bien yang
Calme ou big bang
Long ou bien court
Haine ou amour
Plus ou bien moins
Près ou très loin
Pile ou bien face
Vit ou trépasse
Sieste ou labeur
Une ou plusieurs
Dead or alive
Armes ou bagages + Refrain
 
Tout effacer
 
A toi j’aim’rais être connecté
Les autres, j’les ai toutes défragmentées
Avant toi, ma vie était sur « pause »
Je voulais tout quitter, même Windows
Je m’suis tant planté, pris tant de bugs
Mes chemins disparus sous le fog
Y a trop d’gens qui veulent s’e.mailer d’tout
Qui s’raient content d’me voir sur les g’noux
 
Refrain                                  
 
Laisse-moi dans tous tes fichiers
Mon icône adorée
On ne peut pas
Non, on ne peut pas…
Tout effacer
 
J’t’avais mis sur mon écran d’veille
Pour toi, j’avais vidé la corbeille.
T’es entrée en moi comme un virus
Pour transformer mes coutumes, mes us
Harcelé de curieux, de courriels ,
Je guettais tes mots, tes lettres, tes mails
J’étais sous trai’t’ment de textes sans arrêt
Fallait tout réinitialiser
 
Refrain
 
Je ne savais plus bien où aller
Quand t’as cliqué sur « Exécuter »
Je faisais plus partie du programme
De tes paramètres et de ton âme
Tu m’avais pas coché dans « Options »
Mais plutôt sur la déconnexion.
Avant que je change le papier peint
Fais-moi un petit clic de la main
 
Refrain
 
Détournement de majeur
 
On s’est aimé tout de suite
On’ y peut rien, c’est comme ça
Pourquoi nous rayer d’ vos listes ?
Pourquoi nous montrer du doigt ?
L’amour aurait donc un âge
Une dose à pas dépasser
Doit-on nous mettre dans des cages,
Opposées et éloignées ?
 
 
Refrain                                     
 
Je ne veux pas chercher d’excuses
A ses ragots que je récuse
Faut-il donc que l’on m’accuse
De détournement de majeur
 
Le bonheur fait des jaloux
Alors le reste, on s’en fout
Même si j’entends parler partout
De détournement de majeur
 
Il faudrait se séparer
Parce qu’on entr’ pas dans la norme
Il faudrait tout arrêter
Pour que ces bruits se rendorment.
Notre amour jeté en pâture
Devient de plus en plus fort(ou « nous rend »)
Cette union « contre nature »
Balise nos chemins en or
 
Refrain
 
Le sais-tu ?
 
Sais-tu
Que maintenant, c’est toujours l’hiver
Tant que tu n’entends pas mes prières
Ni les sourds cliquetis de mes chaînes
Chaînes que tu as forgées dans ma peine
Que seul toi peut me ressusciter
De l’abîme où je me suis plongé
Et j’ai beau regardé tout en haut
Le ciel s’est paré de noirs corbeaux
 
Dis, le sais-tu
Que la musique dans ma tête s’est tue
Que tous ces sombres sentiers, ça me tue
Dis, le sais-tu
 
 
Refrain                                         
 
Alors si encore tu m’entends
Reprends vite la corde qui se tend
Autour de mon corps délaissé
Délivre-moi de ce collier
Alors si encore tu me vois
Enlève les clous et les poids
Qui souillent mon esprit défait
Qui me font animal blessé
 
Sais-tu
Que les tocsins résonnent sur mes pas
Depuis qu’a disparu ton aura
Ma vie est devenue si futile
Jonchée de petits riens trop fragiles
Qu’après avoir rompu nos regards
Dans tous mes chemins, il fait jour noir
Je me noie de nuits blanches en nuits blanches
En essayant d’atteindre ta branche
 
Dis, le sais-tu
Que la musique dans ma tête s’est tue
Que tous ces sombres sentiers, ça me tue
Dis, le sais-tu
 
Refrain
 
Illico texto
 
J’ai peur que mes navires me lancent des SOS
De devoir actionner mes fusées de détresse
J’avais tiré des plans sur toi , ma belle comète
Et puis je t’ai perdu, et j’ai perdu la tête
J’ai pris tous les chemins qui menaient à nulle part
Depuis qu’autour de moi s’est posé le brouillard
Avant que je déraille, que je parte loin d’ici
J’attends juste de toi un geste de survie
 
Alors si tu me captes, alors si tu m’entends,
Reviens sur mes radars, reviens dans mon présent
Pour guérir de mes maux
Envoie-moi donc un mot
Illico texto
 
J’ai vu tous mes soleils engloutis sous les eaux
Et tous les océans se perdre en longs sanglots
J’aurais tellement aimé que tu prennes ma peine
Et que tu la conduises loin de toutes mes déveines
J’ai passé trop de jours, trop de nuits à attendre
Un signe, une étincelle parmi tous ces méandres
Effaçons le passé, repartons à zéro
On ne peut pas rester à se tourner le dos
 
Alors si tu me captes, alors si tu m’entends,
Reviens sur mes radars, reviens dans mon présent
Pour guérir de mes maux
Envoie-moi donc un mot
Illico texto
 
  « Ma woman’s land »
 
Je t’ai rêvée
Tu es enfin arrivée
 
Couplet 1
 
Jours à errer,
Des mois et mêm’ des années
Se dire qu’on finira seul
Sans la trouver
Sans avoir pu rencontrer
Celle qui serait mon idole
Ma peti-te baby doll
 
Transition
 
Ma woman’s land, je l’ai tant imaginée
Ma woman’s land, je l’ai tellement désirée
Ma woman’s land, mon âme sœur enfin trouvée
Ma woman’s land, toujours être à tes côtés
Ma woman’s land, Ma woman’s land
 
Refrain
 
Je t’ai rêvée
Tu es enfin arrivée
Dans mes sentiers
Ma woman’s land
Tu seras ma / woman’s land
Ma woman’s land
 
Couplet 2
 
Les heures tuées
Ma vie s’égrenne à pleurer
Dans mon cœur plus d’idées folles
Fuir la clarté
Rechercher l’obscurité
Et tous mes espoirs s’envolent
Avant que tu ne m’affoles
 
Transition
Refrain
 
Partager cet article
Repost0

commentaires

mumu 17/04/2006 07:58

tres beaux textes, pleins de jeux de mots et de doubles sens qui leur donnent une profondeur qd on lit entre les lignes.
bravo, c un don rare de savoir mettre ses emotions sur papier.
bien sur, g un petit faible pour "menez en bateau" mais j'aime egalement bcp "la dose prescrite" et "tout effacé".

Articles Récents

Liens